DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Podcast : Travailler pour nourrir sa famille, entre pressions économiques, sociales et culturelles

Arwa Barkallah, Jean-Emery Etoughe-Efe et Tiziri Kandi qui animent la table ronde sur la masculinité dans cet épisode
Arwa Barkallah, Jean-Emery Etoughe-Efe et Tiziri Kandi qui animent la table ronde sur la masculinité dans cet épisode   -   Tous droits réservés  Euronews
Par Lillo Montalto Monella  & Arwa Barkallah
Taille du texte Aa Aa

En France, certains travailleurs invisibles commencent à se faire remarquer. Depuis plus de 20 mois maintenant, des femmes de chambres sont en grève. Elles sont confrontées à des conditions de travail atroces, leur activité est sous-estimée et elles font aussi face à de très fortes pressions économiques.

Une fois installées en France, ces femmes doivent travailler et gagner leur vie. Leurs diplômes n'étant pas forcément reconnus, elles sont dans l'obligation de trouver des alternatives qui leur permettront de survivre et de subvenir aux besoins de leurs familles.

Elles sont comme les mineurs lesothans (zama zama) qui risquent leur vie en Afrique du Sud pour aider leurs familles ; mais aussi comme les millions d'autres travailleurs qui oeuvrent dans des secteurs difficiles. On ne les remarque pas forcément dans notre vie quotidienne, jusqu'à ce que quelque chose de grave arrive ou que certains décident de dire "trop c'est trop".

Pensez à ces femmes qui cuisinent à la maison et vendent de la nourriture dans la rue pour que les travailleurs des zones industrielles puissent se nourrir. Sans elles, des chaînes de production entières cesseraient de prospérer.

Dans cet épisode, inspiré par les deux derniers diffusés sur notre podcast "Dans La Tête Des Hommes" sur les zama zama lesothans, nous aborderons les limites de la pénibilité et la pression économique liée au travail.

Qu'est-ce qui pousse des personnes a sacrifier leur vie pour nourrir leur famille ?

La table ronde, animée par la journaliste Arwa Barkallah, rassemble autour de ce thème, Jean-Emery Etoughe-Efe, sociologue et essayiste au Centre national de la recherche scientifique et technologique du Gabon à Libreville et Tiziri Kandi, sociologue française, également coordinatrice de la grève des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles, près de Paris.

EPISODE 11: Banna Ba Mamaenara au Lesotho - Les anonymes

Arwa Barkallah : Bonjour et bienvenue à tous dans ce nouvel épisode consacré à la pression économique ressentie par les hommes et les femmes qui occupent des emplois plus ou moins pénibles. Comment se passe la répartition des tâches selon que l'on soit un homme ou une femme ? Jusqu'où peut-on aller ? Et qu'est on prêt à accepter pour obtenir un travail ? Quelles limites sommes-nous prêts à franchir ou non ?

"Dans la tête des Hommes" est allé à la rencontre des zama-zama, les mineurs lesothans, contraints de s'expatrier et de rejoindre des carrières de mines d'or et de diamants en Afrique du Sud pour nourrir leur famille restée au pays.

Qu'est-ce qui pousse ces mineurs à se mettre en danger pour nourrir leur famille, souvent au péril de leur vie ?

Pour en débattre, nous accueillons, depuis Libreville, au Gabon Jean-Emery Etoughe-Efe. Sociologue et essayiste au Centre national de la recherche scientifique et technologique du Gabon, il a écrit de nombreux ouvrages liés au salariat, c'est-à-dire les relations sociales et économiques existant entre un patron et ses salariés en Afrique subsaharienne, de la restauration informelle à la condition des travailleurs dans le secteur primaire et tertiaire.

Tiziri Kandi, sociologue française et coordinatrice de la grève des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles, près de Paris, participe également à ce débat.

Cette grève dure depuis maintenant 18 mois.

Dans les épisodes précédents, nous avons fait la rencontre de mineurs qui ont vu leurs aspirations changer en raison des pressions sociales et économiques mais aussi de la pauvreté qui les ont contraints à se rendre clandestinement en Afrique du Sud pour travailler dans les mines.

Arwa Barkallah : Jean-Emery Ethoughe-Efe comment se manifeste cette pression économique sur le marché du travail en Afrique subsaharienne, selon que l'on soit un homme ou une femme ?

Jean-Emery Etoughe-Efe : Ce sont les hommes qui doivent rapporter l'argent à la maison et les femmes ont, elles, pour tâche de faire le ménage. Traditionnellement, c'est cette image de l'homme qui est renvoyée. L'homme est le chef, il voit tout , il est le tuteur du foyer. Donc c'est à lui qu'incombe les responsabilités. Par conséquent, quand le salariat est arrivé, ce sont les hommes que l'on a recrutés.

Les hommes ont rejoint les chantiers et revenaient ensuite chercher les femmes. Ces dernières n'ont donc eu droit à un salaire que plus tard. Cela s'explique par des raisons économiques mais aussi par la situation familiale propre à chacune d'entre elles. Tant qu'une femme vit sous le toit d'un homme, elle n'a pas cette obligation de chercher du travail. Il n'y a pas cette image qu'elle risque de renvoyer à la société à savoir, que si elle n'a pas de travail, elle ne vaut rien, elle n'existe pas et que sans mari elle n'est rien.

Cela va donc pousser les femmes à s'émanciper et à aller chercher du travail. Chez nous, une expression populaire dit :"Le travail est mon premier mari". Donc, en fait, la femme aujourd'hui ne doit plus compter sur l'homme. Elle doit compter sur elle-même et pour le faire, il faut qu'elle soit autonome économiquement. Par conséquent, la pression exercée sur les hommes prioritairement s'exerce désormais aussi sur les femmes et sur la base d’autres considérations.

Il est effectivement une pression économique qui s'abat sur les femmes qui sont, par exemple, les premières à être licenciées.

Arwa Barkallah : Cela a été le cas également avec l'épidémie de Covid-19, il me semble. Cela a même été constaté aux Etats-Unis. Les femmes faisaient l'objet de beaucoup plus de licenciements que les hommes.

Jean-Emery Etoughe-Efe : _Chez nous, au Gabon, les femmes occupent principalement des postes dans la restauration, les boîtes de nuit, les hôtels et tout ce qui concerne l'événementiel. Or, la Covid-19, le confinement etc. font mourir ces secteurs d'activité. _

Je vis au Gabon et je constate que tous les métiers faits principalement par des femmes, sont en train de mourir.

Arwa Barkallah : Tiziri Kandi vous soutenez les femmes de chambre en grève, à Batignolles et ailleurs, et aussi les mineurs Lesothans. Ces derniers sont confrontés à des conditions de travail dangereuses et prennent des risques pour nourrir leur famille. Dans quelle mesure les femmes de chambre sont-elles confrontées à ces problématiques de pression économique ? Rappelons peut-être les revendications de ces femmes.

Tiziri Kandi : Les femmes de chambre, de manière générale ici en France, subissent des pressions, principalement économiques, assez difficile, pour ne pas dire atroces. On parle, y compris dans les médias, de situations d'esclavage moderne dans l'hôtellerie et ce, quel que soit le standing de l'établissement. Mais il me semble que le point de départ important à définir pour étudier ensuite tout cet ensemble de conditions de travail lamentables, est le type de population qui exerce ces métier.

Vous dites vous même, et à juste titre, que c'est une population très majoritairement féminine et très majoritairement immigrée ou issue de l'immigration. On peut lire dans les colonnes des différents journaux qu'il s'agit de “mamas africaines”. Les postes de femme de chambre sont en général occupés par des mères seules ayant bien souvent des enfants en bas âge et habitant en banlieue.

Il faut savoir que quand on parle de femmes immigrées ou issues de l'immigration, on évoque des personnes qui sont déjà soumises à une pression administrative incroyable liée à leur situation de séjour. Ces femmes sont en possession de titres de séjour qu'elles doivent régulièrement renouveler.

Donc, il y a une pression administrative liées au séjour et une pression sociale liée à un situation familiale très difficile. J'ajouterai à cela que l’on peut distinguer principalement deux traits majeurs : soit des femmes non qualifiées, soit des femmes dont les qualifications ne sont pas reconnues. On a des cas de femmes de chambre, par exemple, qui disent que dans leur pays d'origine, elles travaillaient dans l'administration.

Elles était chargées de mission où elles travaillaient dans des mairies, etc. Mais une fois arrivées en France, ces femmes acceptent des boulots alimentaires parce qu'elles n'ont pas d'autre choix si elles veulent remplir leur frigo et nourrir leurs enfants. Parallèlement, leurs diplômes ne sont pas reconnus.Donc tout ça, effectivement, oblige les femmes à s'inscrire sur le marché de l'emploi et les premiers boulots qui s'offrent à elle sont effectivement ceux de femme de ménage, femme de chambre, etc.

Il s'agit de professions très souvent dévalorisées et non reconnues.

Il existe ce qui semble être un débat linguistique autour des termes "femme de chambre" ou/et "femme de ménage". Alors qu'en en réalité, nous, par exemple, dans le secteur de l'hôtellerie, nous parlons de femme de chambre car ces femmes réalisent une prestation entière, une remise en état de la chambre. Elles ne se contentent pas de passer la serpillière et ne sont donc pas femme de ménage.

Ces femmes s'inscrivent sur le marché de l'emploi et acceptent le premier job qu'on leur propose.

Ce sont des boulots de femme de chambre, femme de ménage, caissière, etc. Donc des emplois très largement féminisés et dévalorisés, mal rémunérés, etc. mais qu'elles n'ont pas d'autre choix que d'accepter. Très souvent, quand on les interroge sur le biais par lequel elles ont intégré le marché de l'emploi, on se rend compte que les recrutements se font généralement par le bouche à oreille, via le réseau familial, les amis etc.

On est loin des méthodes de recrutement “traditionnelles” qui passent par des entretiens préalables de sélection, etc. Là, on va simplement demander à la femme de chambre si elle a une cousine ou une amie qui peut dépanner. Elle va venir, faire une petite semaine d'essai et si elle fait l'affaire elle est engagée et bien souvent pour un salaire de misère.

Tout cet ensemble de précarité devient une motivation de plus pour embaucher ces personnes là. Ne savoir ni lire ni écrire devient un atout de recrutement. Cela veut dire entre guillemets : "Moins tu connais tes droits, plus tu es susceptible d'être accepté et recruté". Les raisons du recrutement deviennent ensuite une manière d'entretenir cette précarité. Avec effectivement tout ce qui est mis en place en termes de rémunération, de déduction sur les cotisations sociales de ces salariés, d'aides sociales, de cadence de travail, de mutations arbitraires, de flexibilité à outrance, etc.

Arwa Barkallah : Oui, c'est justement l'identité par le métier. On sait très bien que ces métiers sont occupés par des femmes et le fait qu'elles mettent en avant le fait qu'elles soient des femmes de chambre et non pas des femmes de ménage, c'est une question de vocabulaire et d'identité.

Tiziri Kandi : Pour elle, ce n'est pas du tout un débat linguistique. Il y a même un très grand nombre d'entre elles qui n'a même pas accès à la langue française. Elle ne parle que les langues locales, maliennes, mauritaniennes etc. Et d'ailleurs, ça, c'est un outil de lutte. C'est intéressant de voir comment l'oppressé se sert d'une langue n discutera après comment l'oppressé se sert effectivement d'une langue que ne maîtrise pas l'oppresseur pour effectivement construire ensuite les mobilisations, puisque les langues parlées par ces femmes de chambre, c'est leur langue maternelle, de leur pays natal ou de leur pays d'origine. Et cette langue là va leur servir effectivement à se mobiliser, à construire des solidarités et d'une certaine manière, à construire la lutte au vue de l'employeur puisqu'elles parlent une langue qu'il ne comprend pas.

Pour elle, l'enjeu n'est pas forcément simplement d'être appelée femme de ménage à la place de femme de chambre ou inversement. Pour elle, l'enjeu est matériel. L'enjeu, c'est un enjeu de la reconnaissance du travail qui passe par le salaire. C'est à dire qu'une femme de ménage n'est pas payée de la même manière qu'une femme de chambre. Il y a tout un enjeu en terme de classification et de fait, en termes de salaire.

Arwa Barkallah : A travers ce que nous dit Tiziri Kandi, ce qu'on constate, c'est que les hôtels dépendent de ces femmes là pour pouvoir louer les chambres. En Afrique subsaharienne, on a, à travers la restauration informelle, des entreprises qui dépendent aussi de ces femmes qui travaillent dans ce secteur pour le confort des salariés, l'intérêt des travailleurs qui travaillent dans les entreprises ou sur les chantiers.

Jean-Emery Etoughe-Efe : Oui, effectivement, dans la plupart des chantiers de construction ou même des entreprises des zones industrielles, ici, ce sont les femmes qui viennent faire la restauration informelle pour les employés qui ont une heure de pause et qui ne peuvent pas rentrer chez eux car ils habitent en banlieue. Donc, ces femmes là viennent en soutien aux entreprises, mais il ne s'agit pas d'un soutien formel, elle se mettent en marge de l’entreprise.

Ce sont des lieux que tout le monde connait, qui n'ont pas d'existence légale, mais qui, effectivement, aident la plupart des travailleurs à venir se restaurer et à repartir au travail sans que l'entreprise leur apporte quelque secours que ce soit, quelque confort que ce soit. Effectivement, il y une invisibilité car on connaît ces femmes, mais pas officiellement. Elles viennent travailler, elles viennent servir à manger et une fois qu'elles ont terminé elles rentrent chez elles avant de revenir le lendemain.

Il n'y a aucune garantie qu'elles seront reconnues. Elles viennent là pour dans un premier temps faire du commerce et dans un deuxième temps aider les ouvriers à tenir la journée.

Arwa Barkallah : Et autour de ces repas, c'est l'occasion, pour les hommes de parler par exemple des conditions de travail justement ?

Jean-Emery Etoughe-Efe : Comme on le disait concernant les femmes de chambre et la langue, c'est l'occasion pour les catégories sociales de se retrouver à table pour parler des conditions de travail dans leur entreprise. Car les salariés n'ont pas le droit de s'arrêter et de discuter. C'est donc le moment où ils structurent leur lutte et leurs revendications et c'est à ce moment là aussi où ils peuvent prendre des initiatives pour mener telle ou telle action. Le repas est vraiment l'endroit et le moment, en temps réel, hors temps de travail, où les stratégies et peut être même les plans d'action s’élaborent.

Arwa Barkallah : J'aimerais savoir aussi si c'est un moyen de parler également d'autre chose, de la pression économique par exemple, du fait que là, c'est un petit peu plus difficile.

Jean-Emery Etoughe-Efe : En fait ce sont les seules tribunes où les travailleurs peuvent manifester leurs impressions sur leurs conditions de vie, de travail et économiques.

Une fois sorti de là, chacun rentre chez lui et étant donné qu'ils n'habitent pas les mêmes banlieues, ils n'ont pas le temps de se retrouver autrement. Se retrouver au travail leur permet de discuter, d'échanger et de trouver des stratégies.

Les restaurants informels et les bars sont des réseaux de communication, d'embauche mais aussi parentélaires.

Arwa Barkallah : Cela rejoint également ce qu'on a vu dans le documentaire audio, puisque les zama zama essayent de passer par le bouche à oreille pour trouver du travail. Nous allons conclure là-dessus pour cette première partie.

Rendez-vous dans 15 jours pour poursuivre ce débat sur l'identité par le travail.

Arwa Barkallah, Lillo Montalto Monella, Marta Rodriguez Martinez, Naira Davlashyan, Mame Peya Diaw ont préparé cette émission depuis Lyon, France.

Lory Martinez à Paris, France.

Clizia Sala à Londres, Royaume-Uni.

Production et conception par le Studio Ochenta.

Thème par Gabriel Dalmasso.

Redaction en chef, Yasir Khan.

"Dans la tête des hommes" est une série de podcasts originale d'Euronews. Pour nous suivre, rendez-vous sur notre site pour plus de vidéos, d'éditos et d'articles sur le sujet.

Vous pouvez encourager ce projet en vous abonnant au podcast sur euronews.com ou sur les plateformes Castbox, Spotify, Apple, Google, Deezer. N'hésitez pas à laisser des commentaires et à donner votre avis.

Partagez avec nous vos récits sur la façon dont vous avez changé et remis en question votre vision de ce que signifie être un homme. Utilisez le hashtag #DansLaTeteDesHommes.

Si vous êtes anglophone, ce podcast est aussi disponible en anglais : Cry Like a Boy.

Ce programme est financé par le European Journalism Centre, dans le cadre du programme European Development Journalism Grants avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates.