DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Face au froid, des agriculteurs ont recours aux feux et bougies pour préserver leurs cultures

Par Julien Pavy avec AFP
euronews_icons_loading
Un viticulteur au milieu de ses vignes
Un viticulteur au milieu de ses vignes   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Le retour du gel en ce début de printemps en France menace les vignobles et autres cultures.

Après l'été, l'hiver

Pour les préserver, des agriculteurs allument des feux afin d'atténuer les effets de ce changement brutal de température. Car ce froid hivernal intervient après une semaine estivale.

"Ce matin, pour lutter contre des températures qui sont descendues jusqu’à - 3, - 5 degrés dans certains coins, on a brûlé des bottes de foin ou de paille pour créer une sorte d’écran de fumée. Le but est d'avoir, lorsque le soleil se lève, une petite protection, comme une paire de lunettes, au-dessus des bourgeons, de façon à ce qu’ils puissent dégeler le plus lentement possible", explique Jean de Saint Venant, viticulteur.

Le but est d'avoir, lorsque le soleil se lève, une petite protection, comme une paire de lunettes, au-dessus des bourgeons, de façon à ce qu’ils puissent dégeler le plus lentement possible.
Jean de Saint Venant
Viticulteur

Des investissements coûteux mais essentiels

A Westhoffen près de Strasbourg, des producteurs de fruits ont recours à des bougies et des chauffages pour essayer là aussi de limiter les effets du gel sur leur culture.

"On ne pourra pas tout sauver, souligne le producteur Daniel Dettling. _Il y a des espèces qui sont plus sensibles que d'autres, comme les pêches et les abricots, pour lesquels c'est très urgent en ce moment. On pensait passer entre les mailles du filet cette nuit, j'avoue que je n'étais pas prêt à 100%."
_

On ne pourra pas tout sauver.
Daniel Dettling
Producteur de fruits

Ces modes de chauffage artificiels représentent des investissements coûteux mais essentiels pour les agriculteurs. Ils ne veulent pas revivre le gel du printemps 2017 qui avait entraîné une chute des récoltes et placé de nombreuses exploitations dans une situation critique.