DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Suppression de certains vols intérieurs : le train plutôt que l'avion pour préserver le climat

euronews_icons_loading
Suppression de certains vols intérieurs : le train plutôt que l'avion pour préserver le climat
Tous droits réservés  Thomas SAMSON / AFP
Taille du texte Aa Aa

La France veut en finir avec les vols intérieurs de courte durée. Les députés ont entériné la suppression de certaines liaisons aériennes sur des distances pouvant être réalisées en train en moins de 2h30. Cela concerne notamment les vols entre Paris et Lyon, Nantes ou Bordeaux.

La mesure s'inscrit dans le cadre de la loi climat visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Elle a été mal accueillie dans le sud-ouest de la France, siège du groupe Airbus et de nombreux sous-traitants aéronautiques, déjà lourdement impactés par la pandémie.

"Nous savons que l'aviation est un contributeur de dioxyde de carbone et qu'en raison du changement climatique, nous devons réduire les émissions. De même, nous devons soutenir nos compagnies et ne pas les abandonner", a déclaré Agnès Pannier-Runacher, la ministre chargée de l'Industrie.

L’État français avait débloqué l’an passé une enveloppe de 15 milliards d’euros pour soutenir la filière aéronautique face à la crise du coronavirus et l’aider aussi à produire des avions plus "verts".

Des élus écologistes et de la gauche radicale regrettent toutefois que le projet de loi ne soit pas allé plus loin en supprimant des liaisons intérieures aériennes qui peuvent être réalisées en train en moins de 4 heures. Pour le gouvernement, une telle mesure aurait pénalisé davantage les territoires enclavés comme le Massif central.