PUBLICITÉ

Le vaccin de Johnson & Johnson freiné par des thromboses graves, au moins un mort aux Etats-Unis

Des injections du vaccin de Johnson & Johnson sont préparées à l'Hôpital Juif de Denver - capitale de l'Etat du Colorado -, le 6 mars 2021
Des injections du vaccin de Johnson & Johnson sont préparées à l'Hôpital Juif de Denver - capitale de l'Etat du Colorado -, le 6 mars 2021 Tous droits réservés David Zalubowski/AP
Tous droits réservés David Zalubowski/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La vaccination avec ce sérum fait une pause sur le territoire américain, le temps qu'une enquête soit menée sur plusieurs cas de caillots sanguins dans le cerveau.

PUBLICITÉ

A l'épreuve du feu des nombreuses campagnes de vaccination contre la pandémie de Covid-19 partout dans le monde, certains sérums n'en ressortent pas intacts : après AstraZeneca qui continue de semer le doute malgré les efforts des autorités sanitaires pour le défendre, c'est Johnson & Johnson qui est sur la sellette.

Les Etats-Unis ont décidé ce mardi de stopper provisoirement l'utilisation de ce vaccin sur leur territoire, le temps d'enquêter sur ses effets secondaires, toujours des thromboses cérébrales, dont ont été victimes au moins 6 personnes. Voici une nouvelle qui tombe bien mal pour l'Europe, alors qu'elle comptait recevoir rapidement le nouveau sérum en renfort. Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson a en effet indiqué qu'il avait "pris la décision de retarder le déploiement" prévu sur le continent européen. On ne sait pas encore quelle va être la durée de ce report.

Pour le moment aux Etats-Unis, les six personnes qui ont souffert, de six à treize jours après l'injection, d'un problème de thrombose, accompagné d'une chute de leur niveau de plaquettes sanguines, sont âgées de 18 à 48 ans. L'une d'entre elles a succombé, et une autre est dans un état critique, a annoncé l'Agence américaine des médicaments.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus