DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les soins intensifs allemands sont au bord de la rupture

Par Kate Brady
euronews_icons_loading
Les soins intensifs allemands sont au bord de la rupture
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Un an de pandémie a laissé des traces sur le personnel hospitalier en Allemagne . Epuisement, stress...les soignants sont parfois au bord de la rupture. Dans cet hôpital de Berlin, en plus du Covid-19, il a fallu apprendre à gérer ce nouveau problème.

"Au début on pense que ça va juste durer quelques semaines. Puis c'est quelques semaines de plus, et encore quelques semaines supplémentaires... Vous avez un niveau de stress élevé, et vous vous dites qu'il y a quelque chose en vue, un objectif. Que ça pourrait s'améliorer à nouveau. \_Mais c'est ce que nous avons appris cette année : tout ne sera pas terminé rapidement. Et c'est un défi que de gérer ce stress durable auquel nous ne nous attendions pas vraiment",_ témoigne le docteur Tobias Klöpper, médecin à l'hôpital Caritas Berlin-Pankow.

Dans toute l'Allemagne, le nombre de patients Covid en soins intensifs est à son plus haut niveau depuis la mi-janvier. A Caritas Berlin-Pankow, la moitié des douze lits sont actuellement occupés par des patients Covid.

Comme dans de nombreux autres établissements, palier au manque de personnel est un immense défi.

"Ce que l'on voit souvent, c'est cette thérapie en position couchée qui peut vraiment aider les gens. Mais il faut un nombre incroyable de personnes pour cela. Quand vous retournez les patients, ce n'est pas si facile avec tout le matériel médical qui va avec. Et il ne faut pas oublier qu'en plus des patients COVID-19, nous traitons aussi tous les autres", explique le docteur.

L'Allemagne connait le nombre le plus élevé en Europe de personnes en réanimation, après la France. Et leur profil est en train d'évoluer.

Selon Kate Brady, correspondante d'Euronews à Berlin, "l'âge moyen des patients du COVID en soins intensifs a considérablement diminué. La plupart d'entre eux sont désormais âgés de 40 à 60 ans. \_Les patients plus jeunes sont souvent confrontés à un combat plus long - et donc à un séjour plus long en unité de soins, ce qui ajoute à la pression. Le plus jeune patient COVID actuellement traité ici n'a que 33 ans"._

"Ici, la situation reste tendue. Il y a des drames tous les jours. Derrière chaque patient qui se trouve ici, il y a une famille, il y a des proches...c'est de cela qu'il s'agit au bout du compte", estime Tobias Klöpper.