DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Russie : le réseau régional de Navalny s'auto-dissout

Par Anne Devineaux avec AFP
euronews_icons_loading
Russie : le réseau régional de Navalny s'auto-dissout
Tous droits réservés  AP/Babuskinsky District Court
Taille du texte Aa Aa

Les bureaux régionaux crées par l'opposant au Kremlin ont annoncé leur dissolution. Ses membres étaient sous la menace de lourdes peines de prison.

Près d'une semaine après avoir cessé sa grève de la faim, Alexeï Navalny est apparu pour la première fois lors d'une audience judiciaire ce jeudi, par le biais d'une visioconférence. Décharné, le crâne rasé, l'opposant russe emprisonné dans une colonie pénitentiaire comparaissait en appel dans une affaire de diffamation contre un vétéran de la Deuxième guerre mondiale. Son appel a été rejeté par le tribunal.

Ce même jour, a été annoncée la dissolution des bureaux régionaux de l'organisation de lutte contre la corruption mis sur pied par Alexeï Navalny. En effet ces organisations sont sous la menace d'être déclarées "extrémistes", une qualification utilisée pour les groupes terroristes et qui exposerait ses membres à de lourdes peines de prison. 37 bureaux avaient été crées à travers la Russie pour enquêter et dénoncer les affaires de corruption.

"Continuer le travail est impossible"

"Dire que la Fondation anti-corruption est une organisation extrémiste revient à dire que la lutte contre la corruption porte désormais atteinte à la sécurité de l'État russe" a souligné Ivan Pavlov, avocat au Fond de lutte contre la corruption, le FBK.

"Continuer le travail dans le réseau de bureaux d'Alexei Navalny est impossible dans les conditions actuelles" a expliqué Leonid Volkov, chef du QG de l'opposant, en annonçant officiellement la dissolution du réseau.

Nous avons semé des graines de liberté dans toute la Russie, elles vont germer
Leonid Volkov
bras droit d'Alexeï Navalny

"Tout notre travail infernal durant ces quatre années et tout votre soutien n'ont pas été vains", a-t-il fait savoir dans un post sur Telegram. "Il y a des dizaines de politiciens régionaux puissants et coriaces et des dizaines de milliers de leurs partisans, il y a des organisations politiques fortes et indépendantes qui s'occuperont des enquêtes et des élections, des campagnes publiques et des rassemblements", écrit-il.

Il y a deux jours, la justice russe avait déjà interdit pratiquement toute activité au FBK, le Fonds de lutte contre la corruption d'Alexeï Navalny. Le Parquet l'accuse de "créer les conditions de la déstabilisation de la situation sociopolitique" dans le pays.

Le FBK est connu pour ses enquêtes dénonçant la corruption des cercles du pouvoir en Russie. La plus retentissante, accusant le président Vladimir Poutine de s'être fait construire un palais sur la mer Noire, a été vue 116 millions de fois sur Youtube.