DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les Tchèques en colère contre le président Milos Zeman accusé d'être une "marionnette" de la Russie

Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Les Tchèques en colère contre le président Milos Zeman accusé d'être une "marionnette" de la Russie
Tous droits réservés  Petr David Josek/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Plusieurs milliers de Tchèques se sont rassemblés à Prague et dans d'autres villes du pays pour protester contre le président Milos Zeman, après que ce dernier a mis en doute la responsabilité des services secrets russes dans l'explosion d'un dépôt de munitions qui avait fait deux morts en 2014.

Crise politique et diplomatique

Le chef de l’État estime qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour accuser la Russie prenant ainsi le contrepied de son gouvernement qui a décidé d’expulser plusieurs diplomates russes.

Pour les manifestants, les "agents russes assassinent et le président se tait : "Il y a d'abord eu son silence puis son discours où il a copié la ligne de la propagande russe et de la désinformation pro-russe. Mettre en cause les services de sécurité tchèques, semer la défiance, c'est scandaleux", souligne Benjamin Roll, le leader du collectif "Un million de moments pour la démocratie", à l'origine de cette manifestation.

Il a copié la ligne de la propagande russe et de la désinformation pro-russe.
Benjamin Roll
Leader du collectif "Un million de moments pour la démocratie"

Jiri Skacel est le correspondant d'euronews à Prague : "Les Tchèques sont en colère parce qu'ils estiment que le Président ne dit pas la vérité, que ses propos vont à l'encontre des intérêts du pays et blessent les familles des victimes de l'explosion."

Pour ce manifestant, "le président collabore avec le gouvernement russe. On dirait qu'il effectue les tâches du Kremlin." Une femme ajoute : "Il défend manifestement les intérêts de la Russie."

Une nouvelle enquête diligentée

Pour les manifestants, Milos Zeman se comporte comme une "marionnette" de Vladimir Poutine.

L'affaire a déclenché une crise diplomatique entre les deux pays. Après une dernière enquête imputant à la Russie la responsabilité de l'explosion du dépôt de munitions, le gouvernement tchèque a expulsé 18 diplomates russes. Moscou, qui dément catégoriquement, a expulsé en représailles 20 diplomates tchèques.

Milos Zeman a mis en garde contre "toute forme d'hystérie" et a appelé la République tchèque à attendre les résultats d'une enquête officielle.

"Une nouvelle enquête sur l'explosion a été prise en charge par le procureur de l'État tchèque", conclut Jiri Skacel, le correspondant d'euronews à Prague.