DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

Une stratégie pour réindustrialiser les secteurs stratégiques de l’UE

euronews_icons_loading
Une stratégie pour réindustrialiser les secteurs stratégiques de l’UE
Tous droits réservés  Mark Schiefelbein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Contraints et forcés. Les constructeurs automobiles européens ont dû réduire leurs productions à cause d'une pénurie de puces électroniques et de semi-conducteurs. Face à cette difficulté mondiale, la Chine l'un des principaux centres de production de la planète, préfère renforcer ses stocks. La Commission européenne propose donc de mettre en place une nouvelle politique industrielle.

"Il y a 20 ans, l'Europe produisait 40% des besoins mondiaux des semi-conducteurs, aujourd'hui c'est 9%", constate le Commissaire européen en charge du Marché intérieur Thierry Breton. Pour conforter ce projet le responsable français ajoute qu’au cours des prochaines années " les semi-conducteurs représenteront 35% du prix du véhicule", d’où l’importance stratégique.

Le secteur automobile européen représente 6% de l'économie de l'UE et emploie environ 14 millions de personnes. La Commission veut créer une alliance des semi-conducteurs pour favoriser la production industrielle et pour soutenir la coopération entre Etats membres. Le projet est similaire à l'Alliance européenne pour les batteries lancée en 2017 et qui a attiré plus de 100 milliards d'euros d'investissements.

La Commission a recensé 34 produits, 137 matériaux et 32 secteurs considérés comme stratégique. Près de la moitié de ces biens est importée de Chine. La technologie des semi-conducteurs est omniprésente dans le quotidien, pour les économistes il y a donc un impact direct pour les Européens. "Des prix plus élevés et moins de disponibilité pour les options lorsque vous voulez acheter quelque chose. C'est la conséquence directe de cette situation sur les citoyens", prévient Simone Tagliapietra, chercheur à l’institut Bruegel. Pour la Commission cette politique industrielle est aussi un levier pour parvenir à la neutralité carbone en 2050.