PUBLICITÉ

Qu'attendent les entreprises de l'UE des élections européennes ?

Le drapeau européen, à gauche, flotte mardi 18 avril 2023 au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France.
Le drapeau européen, à gauche, flotte mardi 18 avril 2023 au Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France. Tous droits réservés Jean-Francois Badias/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Jean-Francois Badias/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le résultat des élections européennes pourrait avoir un impact significatif sur les politiques commerciales, les subventions, le financement de la lutte contre le changement climatique, ou encore les politiques de développement.

PUBLICITÉ

Les élections européennes, qui se tiendront entre le 6 et le 9 juin de cette année, ont déjà fait couler beaucoup d'encre, plusieurs partis promettant différentes réglementations, en particulier pour les entreprises.

Selon le Conseil européen des relations étrangères (ECFR), les élections de cette année pourraient potentiellement basculer à droite dans plusieurs pays, en raison d'une augmentation de l'attrait des partis populistes de la droite radicale. En revanche, l'influence des partis verts et des partis de centre-gauche pourrait rapidement diminuer.

Le résultat des élections européennes pourrait avoir un impact significatif sur les politiques commerciales, les subventions auxquelles les entreprises peuvent prétendre, le financement de la lutte contre le changement climatique, ou encore les politiques de développement. Les entreprises attendent donc avec impatience les résultats, car ils pourraient avoir un impact significatif sur leurs activités à moyen et à long terme.

Visiteurs de la Commission européenne à Bruxelles, 2024.
Visiteurs de la Commission européenne à Bruxelles, 2024.Virginia Mayo/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Julie Linn Teigland, associée principale chez le géant de la comptabilité EY, a expliqué à Euronews ce qu'EY aimerait le plus voir de la part de l'UE : "Les prochaines élections sont un moment crucial pour l'UE, car elles façonneront l'agenda politique des cinq prochaines années dans l'ensemble du bloc."

"Elles ne pourraient pas arriver à un moment plus important. Selon nos propres recherches, les investissements directs étrangers en Europe ont diminué de 4 % en 2023 - la première baisse depuis la pandémie, et les niveaux d'investissement restent inférieurs de 11 % à ceux de 2019. L'Europe est confrontée à une forte concurrence de la part des États-Unis et de la Chine et des mesures doivent être prises dès maintenant si elle veut rester compétitive."

"Quel que soit le résultat des élections, l'UE doit se concentrer sur la stimulation du commerce international, devenir un leader de la croissance verte, placer l'Europe à l'avant-garde de la révolution technologique et de l'IA et doter la prochaine génération des compétences dont elle a besoin pour nous propulser vers l'avant. Les investisseurs recherchent une approche cohérente sur ces thèmes clés qui joueront un rôle énorme dans la stimulation de la compétitivité européenne."

Sylvain Broyer, économiste en chef pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique chez S&P Global Ratings, a déclaré à Euronews : "Bien qu'elle ait évité la récession et qu'elle soit proche du plein emploi, l'Europe reste confrontée à des problèmes de productivité. Le déclin de la productivité, particulièrement évident dans les économies clés de la zone euro telles que les Pays-Bas, la France, l'Allemagne et l'Italie, souligne la nécessité d'une action collective. L'appel d'Enrico Letta à redéfinir le marché unique souligne la nécessité d'un effort concerté pour relever ces défis."

"Pour retrouver la compétitivité et stimuler une croissance durable, les décideurs politiques de l'UE doivent accélérer l'intégration et approfondir le marché unique européen. Cela nécessite un Parlement européen agile et une Commission européenne très engagée."

"Le projet d'Union des marchés de capitaux offre une feuille de route claire pour progresser, comme l'a reconnu M. Letta. La réalisation de ses objectifs constituerait une avancée significative, libérant le potentiel de l'épargne européenne pour l'investissement domestique."

"Les mesures clés du programme de l'UMC, notamment l'intégration des marchés d'actions, les réformes fiscales et l'amélioration des lois sur les faillites, peuvent ouvrir la voie à une économie européenne plus dynamique et plus résiliente."

Jochen Stanzi, analyste en chef des marchés chez CMC Markets, pense que les réglementations sur le changement climatique devraient rester au premier plan des préoccupations du nouveau gouvernement.

Quelle que soit l'issue des élections, l'UE doit se concentrer sur la stimulation du commerce international, devenir un leader de la croissance verte, placer l'Europe à l'avant-garde de la révolution technologique et de l'IA et doter la prochaine génération des compétences dont elle a besoin pour nous propulser vers l'avant.
Julie Linn Teigland, EY

Il a déclaré à Euronews : "Lors des prochaines élections du Parlement européen en 2024, plusieurs questions majeures devraient façonner à la fois les campagnes et la direction future de l'UE. Tout d'abord, le changement climatique et le Pacte vert européen sont au premier plan."

"Cette politique ne concerne pas seulement l'environnement, elle est étroitement liée aux stratégies économiques, monétaires et industrielles et constitue un sujet brûlant en raison de son impact sur la vie quotidienne et les industries. Par ailleurs, la sécurité énergétique est cruciale, en particulier dans le contexte géopolitique tendu d'aujourd'hui, car elle influe sur tout, de la facture énergétique des ménages aux politiques de sécurité nationale."

"La reprise économique après la crise du Covid-19 reste une priorité, l'accent étant mis sur la stabilité et la croissance dans l'ensemble de l'Union. Maintenant que l'inflation s'est rapprochée de l'objectif de 2 % fixé par la BCE, les responsables politiques peuvent espérer un environnement de taux plus favorable, ce qui signifie que la croissance pourrait reprendre au cours des années 2024 et 2025."

"La sécurité et la défense sont devenues plus urgentes, en particulier avec le conflit en cours en Ukraine qui met en évidence la nécessité d'une stratégie de défense forte et cohérente de l'UE."

Les entreprises souhaitent que les politiques se concentrent davantage sur l'IA

M. Teigland évoque de nouvelles réglementations qui seraient les plus utiles pour l'industrie : "Les données et l'intelligence artificielle (IA) sont désormais au cœur de la transformation des entreprises. L'UE a ouvert la voie en réglementant cet espace numérique et se trouve dans une position unique pour promouvoir des valeurs centrées sur l'humain au cœur de la législation sur l'IA, la cybersécurité et l'utilisation des données."

"Renforcer la confiance dans l'IA et les nouvelles technologies grâce à des pratiques de gouvernance efficaces devrait continuer à être une priorité pour les décideurs politiques. Les réglementations doivent être flexibles et à l'épreuve du temps."

"En ce qui concerne la durabilité et les progrès vers le zéro net, l'UE devrait veiller à ce que les réglementations existantes - la directive sur les rapports de durabilité des entreprises (CSRD), la directive sur la diligence raisonnable en matière de durabilité des entreprises (CSDDD) et les normes européennes en matière de rapports de durabilité (ESRS) - soient mises en œuvre d'une manière qui fonctionne pour les citoyens, les entreprises et la société dans son ensemble."

PUBLICITÉ

"En fin de compte, la compétitivité devrait être la pierre angulaire de la politique européenne et la transformation de la durabilité et de la technologie devrait être formulée en termes d'avantage concurrentiel plutôt qu'en termes de fardeau réglementaire."

Sur le même point, le PDG de Perfection42, Simona Vasyte, a déclaré à Euronews : "Si l'UE a du chemin à faire en matière de technologie de l'IA et d'intégration économique, notre force réside dans notre diversité. La mise en œuvre de réglementations qui promeuvent ou imposent des principes de source ouverte - données ouvertes, modèles d'IA ouverts - pourrait considérablement améliorer la dynamique concurrentielle."

"De telles mesures démocratiseraient l'innovation, briseraient les monopoles et ouvriraient les portes à un plus large éventail d'entreprises et de pays pour prospérer. Cette approche ne se contente pas d'uniformiser les règles du jeu, elle s'aligne également sur les valeurs fondamentales de l'UE que sont l'équité et le progrès collectif."

Interrogé sur ce que les nouveaux élus de l'UE pourront faire pour que les entreprises européennes continuent à investir sur le continent, au lieu d'être cotées aux États-Unis ou ailleurs, M. Teigland a déclaré : "L'Europe est confrontée à une concurrence importante en matière d'investissement, notamment de la part des États-Unis, où la loi sur la réduction de l'inflation (IRA) s'est révélée être un facteur d'attraction incroyablement puissant pour les entreprises qui ne sont pas déjà établies sur le continent."

"L'UE doit faire passer un message fort et résolu : L'Europe est ouverte aux affaires et ses jours les plus brillants sont encore à venir."

PUBLICITÉ

"Les investisseurs sont positifs quant aux perspectives à long terme de l'Europe, car la situation économique devrait s'améliorer progressivement et, dans un contexte de tensions géopolitiques croissantes, la stabilité relative des principales économies européennes constitue un avantage considérable."

"La nouvelle Commission européenne devrait tirer parti de cette situation et permettre aux entreprises européennes de continuer à investir en réalisant le projet d'Union des marchés de capitaux et en renforçant l'unité européenne par le biais du marché unique."

À ce sujet, M. Vasyte explique : "La meilleure chose qui me vient à l'esprit concernant l'aide des gouvernements de l'UE est de maintenir l'élan et les encouragements des collaborations économiques à la fois au sein de l'UE et avec les pays en dehors de la zone euro. Ce serait formidable d'avoir plus de géants de la technologie dans l'UE pour rivaliser avec la Chine et les États-Unis."

La manipulation des élections avec l'aide de l'IA reste un sujet de préoccupation

Au cours des derniers mois, l'utilisation abusive de l'IA s'est généralisée, notamment dans des cas tels que la guerre Russie-Ukraine et la guerre Israël-Hamas, afin de présenter des informations trompeuses sur l'évolution de ces conflits.

IA
IAMichael Dwyer/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Les risques de l'IA, en termes de deepfakes, de violations de la vie privée, d'automatisation des armes et de volatilité et de manipulation des marchés boursiers, ont également été largement mis en lumière. Alors que 2024 sera l'année de nombreuses élections dans le monde, l'utilisation de l'IA pour manipuler les résultats des élections est également un sujet de préoccupation important.

PUBLICITÉ

À ce sujet, M. Vasyte a déclaré : "Bien qu'il puisse y avoir des risques d'influencer le comportement des électeurs avec des "deepfakes", l'IA peut également être utilisée pour des campagnes plus inclusives et plus ciblées. Ce qui est important, c'est de sensibiliser les gens à l'utilisation potentielle de l'IA et de leur apprendre à repérer les contenus générés par l'IA."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le commissaire européen en charge de l'Economie assume la priorité donnée au Pacte vert durant le mandat

L'inflation poursuit sa baisse dans l'UE (Commission européenne)

Logement en Europe : dans quels pays y a-t-il le plus de propriétaires ?