France : amende requise contre l'auteur d'un tag sur la statue de Colbert

La statue de Colbert, située devant l'assemblée nationale, taguée le 23 juin 2020 - photo d'archives
La statue de Colbert, située devant l'assemblée nationale, taguée le 23 juin 2020 - photo d'archives Tous droits réservés Thibault Camus/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Olivier Peguy avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ouverture du procès d'un militant anti-raciste. Il avait tagué la statue de Colbert, l'accusant d'esclavagisme.

PUBLICITÉ

Ouverture du procès d'un militant anti-raciste. Il avait tagué la statue de Colbert, l'accusant d'esclavagisme. Une amende de 800 € requise contre lui.

En France, s'est ouvert ce lundi à Paris, le procès d'un militant "anti-négrophobie", comme il se qualifie lui-même.

Franco Lollia est jugé pour avoir tagué la statue de Colbert érigée devant l'assemblée nationale.

Les faits remontent au 23 juin 2020, dans la foulée des manifestations antiracistes qui avaient suivi la mort d'un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis.

Devant les juges, le militant assume la dimension politique de son acte.

Colbert disait que les Noirs n’étaient pas des êtres humains. En cautionnant sa présence à travers sa statue devant l'assemblée nationale, l’État français est en train de nous dire tout bas que nous ne sommes pas des êtres humains. C’est cette question que nous voulons régler avec le procès.
Franco Lollia
militant anti-raciste

Le procureur, lui, s'en et tenu aux considérations juridiques. Il a requis une amende de 800 euros à l'encontre du militant anti-raciste.

La décision sera rendue le 28 juin.

L'abolition de l'esclavage

Ce procès prend en tout cas, un relief particulier puisqu'il se tient alors que la France a fait de ce 10 mai, la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et leurs abolitions.

Cette journée est marquée cette année par les 20 ans de la loi du 21 mai 2001 portée par l'ex-ministre de la Justice Christiane Taubira quand elle était députée.

Le président Emmanuel Macron a assisté à une cérémonie dans les jardins du Luxembourg, avec un temps de recueillement devant le monument commémorant l'abolition de l'esclavage.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Monique Olivier, l'ex-épouse du tueur en série Michel Fourniret, condamnée à la perpétuité

Procès : les regrets de Monique Olivier

"Pipigate" : le ministre de la Justice belge contraint de s'expliquer au Parlement