DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Trois anciens réfugiés au concours de l'Eurovision

euronews_icons_loading
Trois anciens réfugiés au concours de l'Eurovision
Tous droits réservés  Peter Dejong/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Après l'annulation du concours l'année dernière pour cause de coronavirus, le public était de retour samedi pour assister à la finale de la 65e édition de l'Eurovision. Un concours d'autant plus particulier cette année que pour la première fois, troisanciens réfugiés participaient à l’événement.

Parmi eux, Manizha, candidate de la Russie, qui a fui le Tadjikistan en 1994 pendant le conflit. Aujourd'hui, "elle défend aujourd'hui la cause des réfugiés en s'exprimant en leur nom", et espère être pour eux "une source d’inspiration", écrit l'UNHCR (Agence des Nations Unies pour les réfugiés), qui a nommé la chanteuse Ambassadrice de bonne volonté. "V_ous savez, c`'est vraiment important de parler de ces choses-là, parce qu'il y a tellement de réfugiés tout autour de nous, nous devons les souteni_r, expliquait Manizha avant la finale samedi. Je pense que nous devons donner plus d'éducation aux réfugiés, et leuroffrir__ un meilleure reconnaissance. C'est ce qu'a fait le concours Eurovision pour moi, pour Tusse et pour l'un des danseurs."

Né en République démocratique du Congo, Tusse a obtenu le statut de réfugié en Suède après avoir passé trois ans dans un camp de réfugiés en Ouganda. "Tusse fait ouvertement connaître son parcours lors duquel il a dû surmonter des difficultés lors de son installation et s’adapter à de nouvelles situations, contribuant ainsi à responsabiliser les jeunes confrontés à des difficultés similaires", écrit l'UNCHR. Il représente la Suède avec sa chanson Voices. "C'est une chanson qui parle d'espoir, de force et de persévérance et de croire en soi et que la voix de chacun compte et que de chacun devrait être entendu et mérite d'être entendu", détaillait le chanteur, interviewé en amont de la finale.

Troisième réfugié participant au concourt : Ahmad Joudeh, né et élevé en Syrie, et qui a obtenu la nationalité néerlandaise en 2016. Danseur, il s'est produit durant un entracte lors de la seconde demi-finale, le 20 mai.