DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

L’opposition bélarusse en exil demande à l’UE de faire plus contre Minsk

euronews_icons_loading
L’opposition bélarusse en exil demande à l’UE de faire plus contre Minsk
Tous droits réservés  FRANCOIS WALSCHAERTS/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Svetlana Tikhanovskaïa est la figure en exile de l'opposition bélarusse. Elle appelle le Parlement européen à suivre et à intensifier les sanctions unanimes décidées en début de semaine par les dirigeants de l'UE à l'encontre du régime d'Alexandre Loukachenko.

Svetlana Tikhanovskaïa souligne que la Russie fait partie du problème. "Il faut avoir un langage clair avec la Russie et les autres pays qui brutalisent les victimes d'Alexandre Loukachenko, que n'importe quel accord ou contrat signé avec lui doit être révisé et pourquoi pas annulé", insiste l’ancienne candidate à l’élection présidentielle.

Si les 27 sont unis à propos de Minsk, ils sont en revanche divisés sur l'attitude à adopter à l'égard de la Russie. Pour les pays baltes et la Pologne la seule façon de renforcer la démocratie passe par plus de fermeté à l'encontre des autorités russes. "Nous devons envoyer un message clair à Moscou, pour faire comprendre que le pays va payer le prix de son soutien à Alexandre Loukachenko, un dictateur brutal qui terrorise son peuple et qui devient une menace pour la sécurité de la région", insiste l’eurodéputé lituanien Petras Austrevicius (Renew Europe).

Mais d'autres pays membres estiment qu'il est encore possible de coopérer avec le Kremlin. L’eurodéputée belge, Maria Arena, présente la politique humanitaire comme une possibilité. "Peut-être que la question humanitaire pourrait être un couloir, une transition potentielle, pour pouvoir non pas prendre position sur des positions pro-démocratie de la part de Poutine mais au contraire parler d'une question qui est une question humanitaire d'un certain nombre de personnes aujourd'hui menacées", explique la sociale-démocrate qui insiste aussi sur le rôle de Moscou dans ce dossier.

Un premier élément de réponse pourrait avoir lieu le mois prochain. Les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Joe Biden, se retrouveront à Genève pour une réunion bilatérale. La rencontre sera scrutée de près par les responsables européens.