EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'optogénétique fait naître un immense espoir chez les personnes aveugles

L'optogénétique fait naître un immense espoir chez les personnes aveugles
Tous droits réservés Charles Krupa/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Charles Krupa/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La technique consiste à injecter dans l’œil un virus portant le gène d'une protéine photosensible. Un patient français a pu partiellement retrouver la vue.

PUBLICITÉ

Un homme aveugle est parvenu à localiser avec précision des objets posés sur une table devant lui.

Une technique innovante

Une technologie de pointe, l'optogénétique, fait naître un immense espoir chez les personnes non voyante. Avec l'aide de lunettes spéciales, le patient a pu partiellement retrouver la vue.

"Si on le met dans des situations de la vie quotidienne, il va être capable sur le macadam de voir les zébras du passage piéton", souligne Isabelle Audo, professeur d’ophtalmologie à l'Université de la Sorbonne.

Si on le met dans des situations de la vie quotidienne, il va être capable sur le macadam de voir les zébras du passage piéton.
Isabelle Audo
Professeur d’ophtalmologie à l'Université de la Sorbonne

Un virus génétiquement modifié injecté dans l’œil

La technique consiste à injecter dans l’œil du patient un virus portant le gène d'une protéine photosensible. En clair, les cellules de l’œil sont reprogrammées pour être sensibles à la lumière, indispensable à la vue.

"Nous devons injecter le gène à l'endroit exact", souligne le chercheur hongrois Botond Roska, grand artisan de cette thérapie génique particulièrement prometteuse.

La technique a d'abord été testée sur des souris et des singes avant que des essais cliniques ne soient lancés il y a deux ans sur un patient français, qui avait perdu la vue il y a 40 ans suite à une maladie dégénérative.

Cette première médicale est le fruit d'une collaboration internationale de chercheurs à Bâle, Paris ou Pittsburgh.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Suisse : trois personnes portées disparues à la suite d'un glissement de terrain

Art Basel : la grande foire d'art de Bâle va ouvrir ses portes au public

Le lac Léman menacé par des températures élevées