DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Syrie : les Kurdes remettent aux Pays-Bas une femme et trois enfants

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Syrie : les Kurdes remettent aux Pays-Bas une femme et trois enfants
Tous droits réservés  Baderkhan Ahmad/Copyright 2021The Associated Press. All right reserved
Taille du texte Aa Aa

Les autorités kurdes en Syrie ont remis aux Pays-Bas quatre de leurs ressortissants. Il s'agit d'une femme et ses deux jeunes garçons de deux et cinq ans, ainsi qu'une adolescente de douze ans. Tous vivaient dans le camp de Roj dans le nord-est du pays où sont regroupées de nombreuses familles européennes proches de l'Etat Islamique. Une délégation diplomatique néerlandaise a fait le déplacement dans la ville de Qamichli pour les récupérer.

"Nous allons remettre au gouvernement néerlandais une femme et ses deux enfants. Cette femme s'est conformé à la politique de l'administration autonome. Lorsque nous n'aurons pas de preuves ou de témoignages montrant que des femmes ont commis des crimes dans cette région, nous pourrons les remettre à leur pays" a expliqué un haut responsable du département des Affaires étrangères des autorités kurdes. Nous allons également leur remettre une jeune fille. Elle a une mère, mais c'est un cas humanitaire particulier. Nous avons accepté de la remettre au gouvernement néerlandais après avoir obtenu le consentement écrit de cette dernière", a précisé Abdel Karim Omar.

Le rapatriement des femmes et des enfants européens détenus en Syrie dans des camps surpeuplés fait débat en Europe entre arguments humanitaires et sécuritaires. Selon l'avocate de la mère, une fois arrivée aux Pays-Bas, sa cliente risque une inculpation pour affiliation à un groupe terroriste.

Les quatre Néerlandais ont été remis à la délégation, composée notamment de l'envoyé spécial des Pays-Bas en Syrie, Emiel de Bont, et du directeur des Affaires consulaires au ministère hollandais des Affaires étrangères, Dirk Jan Nieuwenhuis.

"Il s'agit d'une mission consulaire très spécifique, que mon gouvernement a décidé d'entreprendre parce que la Cour de Justice néerlandaise a rendu des arrêts dans ces cas précis", a souligné Emiel de Bont lors d'une conférence de presse.

Selon les autorités néerlandaises, au moins 220 enfants néerlandais vivent en Syrie ou en Turquie voisine, dont les trois quarts ont moins de quatre ans. Environ 75 d'entre eux, ainsi que 30 femmes et 15 hommes néerlandais, vivent dans des camps gérés par les Kurdes.