DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le pass sanitaire européen définitivement sur les rails

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
L'hémicycle du Parlement européen
L'hémicycle du Parlement européen   -   Tous droits réservés  EBU
Taille du texte Aa Aa

C'était une formalité. Le Parlement européen valide définitivement le passeport sanitaire européen.

Les eurodéputés ont voté à une écrasante majorité la création de ce certificat numérique Covid.

Son objectif : faciliter et sécuriser les déplacements dans l'Union européenne.

Il atteste qu'une personne a été vaccinée contre le Covid-19, qu'elle a passé un test négatif ou qu'elle est immunisée après une infection.

Ces certificats doivent permettre à leurs détenteurs d'éviter les quarantaines dans leur pays de destination. Ils sont délivrés gratuitement, en format numérique ou papier, et doivent permettre d'éviter de faire des quarantaines dans les pays de destination.

Les Etats membres se réservent néanmoins la possibilité d'imposer des mesures restrictives supplémentaires, en cas d'apparition d'un variant par exemple.

Lors d'un débat mardi dans l'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg, le commissaire à la Justice Didier Reynders a encouragé les Etats à émettre déjà de tels certificats pour éviter un embouteillage dans les procédures au début de l'été.

Selon lui, "plus d'un million de citoyens ont déjà reçu ces certificats, et beaucoup d'autres suivront dans les semaines et les mois à venir". Bulgarie, Croatie, République tchèque, Danemark, Allemagne, Grèce, Pologne, Lituanie et Espagne ont commencé à en délivrer. En France, le pass sanitaire est entré en vigueur ce mercredi.

Si le texte européen encadrant ce certificat Covid concerne la libre circulation, les Etats membres peuvent utiliser ce document à d'autres fins (festivals, concerts, rencontres sportives...) dans le cadre de leur législation nationale.

Ce document devra être reconnu par tous les pays de l'UE à partir du 1er juillet. Une bouffée d'oxygène pour le tourisme