DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

Les nouveaux nomades numériques de la Serbie

Un nomade numérique face à son portable dans un café
Un nomade numérique face à son portable dans un café   -   Tous droits réservés  Photo d'Alizée Baudez sur Unsplash
Taille du texte Aa Aa

Amour, liberté, aventure ou culture... Les nomades numériques qui vivent en Serbie peuvent avoir d'innombrables raisons diverses de choisir ce pays comme lieu de travail à distance. Mais il est facile de comprendre pourquoi ils sont si nombreux à apprécier ce mode de vie.

Selon un rapport récent de Digital Serbia Initiative, le faible coût de la vie, la qualité des débits internet, ainsi que les start-up et les nombreux espaces de coworking que l'on trouve sur place constituent les principaux attraits du pays. Si l'on ajoute à cela, la vie nocturne, la gastronomie et la culture des cafés, on obtient une destination de télétravail attrayante pour des séjours de courte ou de longue durée. Le fait que la Serbie soit en dehors de l'espace Schengen peut aussi être un atout pour les personnes concernées par les exigences en matière de visa.

Euronews a rencontré trois nomades numériques qui nous ont confié ce qu'ils aiment le plus dans le travail et la vie en Serbie.

Johannes Hindler, Autriche

Johannes Hindler
Au départ, c'est l'amour qui a poussé l'Autrichien Johannes Hindler à rejoindre la SerbieJohannes Hindler

Pour l'Autrichien Johannes Hindler, c'est une romance inattendue qui l'a poussé à changer de vie. "J'ai rencontré Milica lors d'un week-end à Belgrade, on est tombés amoureux, je suis revenu pour la voir et j'ai fini par m'installer ici," explique-t-il. "J'ai créé une agence numérique qui ne travaille qu'à distance et nos clients sont en Autriche, au Royaume-Uni et en Irlande," poursuit le jeune homme.

"Travailler depuis le lieu où je veux être, mais aussi quand je le souhaite, c'est vraiment génial," assure Johannes Hindler. "J'ai choisi Belgrade par amour, mais c'est aussi une ville très intéressante car elle reste proche du centre de l'Europe, le coût de la vie y est très bas par rapport à Vienne et les gens sont très accueillants et gentils : je recommanderais sans hésiter Belgrade pour y travailler," fait-il remarquer.

Aleksandar Zeba, Allemagne

Aleksandar Zeba
L'équilibre vie professionnelle - vie privée est très important pour Aleksandar qui travaille à BelgradeAleksandar Zeba

Aleksandar Zeba apprécie tout autant de travailler depuis Belgrade. Pour sa part, ce qui l'a attiré sur place, c'était simplement le désir d'apprendre à connaître la ville elle-même. Nomade numérique originaire d'Allemagne, il a passé du temps à travailler dans tous les Balkans, à bloguer et à vendre des produits et des livres sur des plateformes en ligne.

"Je voulais passer un peu de temps à Belgrade car cette ville a un charme particulier et une histoire riche," indique le jeune homme. "Il y a des endroits sympas comme le quartier de Savamala et la cuisine est un rêve pour tous les gourmands," précise-t-il avant d'ajouter : "Belgrade reste une ville d'initiés et n'est pas trop envahie par les touristes, j'aime le rythme de la ville et le style de vie des Balkans : tout est un peu plus détendu et moins stressant qu'en Europe occidentale," estime-t-il.

L'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est très important pour Aleksandar Zeba et il affirme que les plus beaux endroits de la capitale serbe l'ont aidé à le trouver. "Si vous voulez combiner travail et temps libre, vous allez adorer Belgrade : c'est ce que j'ai ressenti," confie-t-il. "La ville se trouve au confluent de la Save et du Danube et possède de nombreux parcs et espaces verts comme le Kalemegdan : cela m'a beaucoup aidé quand j'avais tendance à passer trop de temps devant mon ordinateur," reconnaît-il.

Le jeune nomade estime que Belgrade l'emporte sur d'autres lieux de travail à distance populaires : "Si vous en avez assez des hauts lieux surpeuplés de nomades numériques comme Bali ou Bangkok, c'est l'endroit où venir vous installer," assure-t-il. "C'est aussi un peu la métropole secrète de la fête en Europe ! Les prix sont bien moins élevés que dans des villes comme Rome, Paris ou Berlin : ce qui la rend abordable même pour les nomades numériques aux moyens limités," se félicite-t-il.

Si l'effervescence de Belgrade et ses atouts de grande ville en font un choix évident pour la majorité des nomades numériques en Serbie, pour d'autres, tout l'intérêt du travail à distance réside notamment dans la possibilité de s'éloigner de la vie urbaine.

Hecgli Alvarez, Venezuela

Hecgli Alvarez
Hecgli Alvarez estime que le contact avec la nature est l'un des points positifs de la vie en SerbieHecgli Alvarez

Hecgli Alvarez est originaire de Caracas au Venezuela et vit en Serbie depuis 2014. Alors qu'elle souhaitait quitter la capitale Belgrade pour se rapprocher de la nature, son choix s'est récemment porté sur Vrmdza, un village situé à quelques heures de route au sud de la capitale serbe.

"Un amour romantique avec un Serbe m'a d'abord amenée en Serbie, puis j'ai été séduite par ce beau pays et ses citoyens amicaux," confie-t-elle.

Hecgli Alvarez est aujourd'hui satisfaite de son nouveau mode de vie rural : "À Vrmdza, il n'y a pas de routine quotidienne à part le thé sacré du matin," s'amuse-t-elle. Le reste de la journée consiste pour elle à "faire des exercices de respiration, de la contemplation et du yoga, puis à se mettre au travail avant mes promenades du soir qui sont mes préférées," explique-t-elle.

Selon elle, le contact qu'elle peut avoir avec la nature est l'un des meilleurs aspects de la vie à Vrmdza. "Je me sens en meilleure santé, j'ai de l'eau pure, je récolte des produits biologiques et je mange de la nourriture serbe préparée maison," indique la jeune femme. "Mes voisins sont formidables et je me sens toujours en sécurité," renchérit-elle.

"Si vous cherchez la meilleure escapade loin des villes où il y a la foule, c'est une bonne option quand on a l'esprit d'aventure," fait remarquer Hecgli Alvarez.

Pour elle, choisir d'être un nomade numérique sur place était une question de liberté. "Quand vous êtes nomade numérique, vous allez à votre propre rythme," dit-elle. "Avant, j'étais une travailleuse noctambule, puis j'ai changé : maintenant, je me lève tôt pour travailler ; à 8 h, mon thé et mon ordinateur portable sont prêts et c'est parti," précise-t-elle.

"S'il y a un mot qui me définit, c'est la liberté," estime-t-elle avant de conclure : "Voyager vous permet de voler aussi librement qu'un oiseau, d'aller où vous voulez."