DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Droits LGBT en Hongrie : l'UEFA refuse d'éclairer le stade de Munich aux couleurs arc-en-ciel

Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Droits LGBT en Hongrie : l'UEFA refuse d'éclairer le stade de Munich aux couleurs arc-en-ciel
Tous droits réservés  Tobias Hase/(c) Copyright 2016, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Taille du texte Aa Aa

C'est un match qui vire à l'affrontement politique et qui renvoie au cœur des valeurs de l'UE. Munich accueille mercredi soir le match de l'Euro Allemagne-Hongrie. Et la ville souhaitait mettre le stade aux couleurs arc-en-ciel en signe de protestation contre la politique de la Hongrie envers les LGBTQI, jugée discriminatoire.

Budapest a en effet adopté une loi qui vise à interdire la "promotion" de l'homosexualité ou du changement de sexe auprès des mineurs. Mais les ONG sont inquiètes : elles craignent que cette loi floue contribue à bannir toute représentation des minorités sexuelles dans les programmes éducatifs, mais aussi dans les publicités, et in fine, à discriminer la communauté LGBT.

Mais l'UEFA a refusé la demande de la ville. Le stade n'affichera pas de soutien particulier mercredi soir.

L'instance européenne affirme partager totalement les valeurs de tolérance promues par cette initiative, mais justifie son refus par la nature "politiquement et religieusement neutre" de son organisation et la volonté de ne pas cibler spécifiquement un pays ou un gouvernement

Elle propose à la place propose d'illuminer le stade aux couleurs arc-en-ciel le 28 juin ou début juillet, pour coïncider avec la marche des fiertés de Munich.

La décision de l'UEFA a été jugée "honteuse" par le maire social démocrate de Munich qui a annoncé que plusieurs sites emblématiques de la ville seraient parées aux couleurs du drapeau arc-en-ciel ce mercredi soir.

En équipe de France, la star Antoine Griezmann, a tweeté en signe de soutien une photo de l'Allianz Arena aux couleurs arc-en-ciel.

La Hongrie est également sous le feu des critiques au niveau européen. Treize pays européens (la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Espagne, l'Allemagne, l'Irlande, le Danemark, la Finlande, la Suède et les trois pays baltes) ont appelé ce mercredi la Commission européenne à agir après l'adoption à Budapest du projet de loi décrié.

Une loi "indigne de l'Europe" résume le chef de la diplomatie du Luxembourg.

"La stigmatisation des personnes LGBT représente une violation manifeste de leur droit à la dignité prévue par la charte de l'UE et le droit international", indique la déclaration commune, selon le compte Twitter de Clément Beaune, Secrétaire d'État français aux affaires européennes, qui "regrette" la décision de l'UEFA.

De son côté la Hongrie se défend de vouloir cibler la communauté LGBT et assure que la loi prévoit seulement de faire en sorte "que l'éducation sexuelle des mineurs relève exclusivement de leurs parents".