DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Il y a 5 ans, les Britanniques votaient pour le Brexit : quel impact aujourd'hui sur leur quotidien?

Par Luke Hanrahan
euronews_icons_loading
Londres
Londres   -   Tous droits réservés  Luke Hanrahan - euronews
Taille du texte Aa Aa

Il y a 5 ans jour pour jour, les Britanniques votaient pour le Brexit lors du référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Aujourd'hui, quel est l'impact - réel et ressenti - sur le quotidien des habitants et des entreprises de Londres ? Reportage de notre correspondant sur place.

C'était il y a 5 ans. Le 23 juin 2016, les Britanniques votaient pour le Brexit lors d'un référendum qui a changé à jamais l'histoire de la construction européenne. Pendant cinq ans, au fil des péripéties des négociations, jusqu'au départ définitif du Royaume-Uni de l'UE, les conséquences de ce tournant historique n'ont eu de cesse de planer sur la ville de Londres. Elles sont désormais concrètes, même si tous les habitants n'en ressentent pas nécessairement les effets sur leur vie quotidienne.

Notre correspondant Luke Hanrahan est allé recueillir des témoignages d'habitants de la capitale. "Pour des choses comme les visas, c'est ennuyeux, car nous n'en avions pas besoin avant pour l'Europe", explique cette femme. "Mais je ne pense pas que beaucoup de choses aient vraiment changé", relativise-t-elle.

"Business as usual"

"Oui, je m'attendais à ce que les changements se voient maintenant", dit cette autre habitante. "Et il n'y en a pas eu ?", lui demande notre journaliste. "Pas vraiment, non", répond-elle. "Il pourrait y avoir des problèmes, beaucoup de problèmes. Mais p\_our moi personnellement, non, pas de problèmes du tout"_, concède une autre Londonienne.

Ces habitants ne le perçoivent peut-être pas directement, mais le Brexit a pourtant eu un impact dans la capitale, à commencer sur la City. A cause du Brexit, plus de 400 entreprises financières ont transféré leurs activités, leurs employés, ainsi qu'un billion de livres d'actifs, vers l'Union européenne.

"L'impact du Brexit a été ressenti par les entreprises mais aussi par les particuliers, bien qu'il ait été difficile de le distinguer des lourdes conséquences qu'a eu la pandémie de Covid-19", analyse notre correspondant Luke Hanrahan.

Quatre heures du matin à Billingsgate, sur ce marché vieux de 600 ans, qui semble être revenu à la normale après la crise sanitaire. Mais si l'on gratte sous la surface, le Brexit a eu un impact négatif sur nombre d'entreprises familiales.

"Nous nous approvisionnons en anguilles en Irlande du Nord, et nous pensions pouvoir continuer à le faire", explique John Chilvers, un poissonnier. "Nous n'avons pu les rapatrier ici que cette semaine, il y a tellement de paperasse à remplir maintenant", poursuit-il. "Les prix ont beaucoup augmenté", assure un autre.

Autre métier, et autre situation. Mais pas la même frustration. Ces fleuristes d'un quartier sud de Londres importent des fleurs d'Europe, mais ils ont voté pour le Brexit en 2016. Cinq ans plus tard, ils ne regrettent pas leur décision, malgré l'impact de ce changement sur leurs livraisons. Un moindre mal.

"Nous pouvons avoir un retard sur un certain produit - ils nous disent que nous ne pourrons pas l'avoir avant un jour ou qu'il va falloir attendre - mais la plupart du temps tout est livré dans les deux jours", relativise George Button, fleuriste à East Dulwich.

Pour Jason Bone, coach sportif qui a voté contre le Brexit, l'impact a été minime : "La seule chose à laquelle je peux penser là comme ça, ce sont mes livraisons qui ont peut-être été légèrement plus lentes. Mais je n'ai pas remarqué de perte ou d'impact sur mon travail. Cela ne m'a pas vraiment affecté jusqu'à présent."

Si certains ne voient pas d'impacts concrets, l'Union européenne estimait dans ses prévisions d'hiver que le Brexit coûterait un demi-point de PIB à l'Union européenne et plus de deux points au Royaume-Uni d'ici à fin 2022.