DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Faire progresser la vaccination mondiale contre le Covid-19 : Antonio Guterres en appelle à l'Europe

Access to the comments Discussion
Par euronews avec EFE
euronews_icons_loading
Faire progresser la vaccination mondiale contre le Covid-19 : Antonio Guterres en appelle à l'Europe
Tous droits réservés  Aris Oikonomou/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Le plaidoyer d'Antonio Guterres pour faire progresser la vaccination mondiale contre le Covid-19. Devant les députés européens à Bruxelles, le secrétaire général des Nations unies appelle l'Europe à user de son influence pour garantir la vaccination pour tous. Il appelle à un partage des brevets et à faire du vaccin un bien public mondial :

"L'inégalité devant les vaccins n'est pas seulement le plus grand test moral de notre époque, c'est aussi une question d'efficacité. Comme le virus a tendance à muter, personne n'est à l'abri tant que tout le monde n'est pas vacciné. Et malheureusement, le monde n'est pas à la hauteur de la situation. Nous sommes confrontés au spectre d'un monde divisé et d'une décennie perdue pour le développement (...) Mais nous devons également protéger les personnes vulnérables à l'intérieur des frontières de l'UE. Les droits des réfugiés et des demandeurs d'asile sont protégés par le droit international, quelle que soit leur origine. En tant que concitoyen européen et ancien chef de gouvernement, je sais que les réfugiés ne constituent pas une menace mais une contribution précieuse à notre continent."

Le secrétaire général de l'ONU appelle les pays qui produisent des vaccins et ceux qui pourraient en produire à se réunir au sein d'un groupe de travail d'urgence approuvé par l'OMS .

L'idée d'un tel groupe est de définir et de mettre en œuvre un plan de vaccination global pour la population mondiale le plus tôt possible en 2022.

Le secrétaire général des Nations unies a prévenu que si le continent africain ne recevait pas 225 millions de doses supplémentaires, près de 90 % des pays africains ne parviendraient pas à atteindre l'objectif consistant à vacciner 10 % de leur population d'ici septembre.

"Et si nous voulons que 75 % de la population mondiale soit vaccinée, nous avons besoin de 11 milliards de doses", a-t-il déclaré.