DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Affaire Floyd : l'ONU appelle à lutter contre un "racisme systémique"

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Affaire Floyd : l'ONU appelle à lutter contre un "racisme systémique"
Tous droits réservés  FABRICE COFFRINI/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Les États doivent "arrêter de nier" et prendre des mesures immédiates contre le "racisme systémique", c'est l'appel lancé ce lundi par l'ONU.

Un rapport très attendu a été publié par le Haut-commissariat pour les droits de l'Homme, quelques jours après la condamnation du policier qui a tué George Floyd aux Etats-Unis. Cette affaire constitue un "moment décisif" dans la lutte contre le racisme dont il faut se saisir souligne le rapport.

"Nous vivons dans un endroit censé être le pays de la liberté. Mais si des gens meurent juste parce qu'ils ont regardé leur téléphone portable et qu'on a pensé que c'était une arme, ou si vous mourez parce que les gens ont peur de vous, il y a un problème..." témoigne le frère de George Floyd, Philonise Floyd.

Des dizaines d'autres affaires dans plusieurs pays ont été étudiées par l'ONU. Conclusion : la discrimination et la négation du racisme est une constante à travers le monde souligne le rapport, en particulier en Amérique et en Europe.

"Nous devons nous mobiliser, rendre justice, écouter et réparer. Il faut arrêter de nier et commencer à démanteler le racisme systémique. Tout espoir de réussite dépend d'approches globales pour modifier les structures, les institutions et les comportements qui contribuent à la discrimination à l'encontre des Africains et des personnes d'ascendance africaine dans tous les domaines de la vie" a déclaré Peggy Hicks, du Haut-Commissariat de l'ONU pour les droits des l'Homme.

Le rapport exhorte les Etats à "adopter des mesures mobilisant l'ensemble des pouvoirs publics" dans des plans dotés de "ressources suffisantes".

Le Haut-Commissariat a examiné dans le détail sept "cas représentatif" des violences policières, dont celui en France d'Adama Traoré. Il n'y a pas un seul exemple où la question des réparations individuelles et collectives a été traitée, dénonce l'ONU.

Le texte appelle aussi à "regarder en face les séquelles de l’esclavagisme, de la traite des Africains et du colonialisme".