PUBLICITÉ

Boris Johnson condamne les insultes racistes visant des joueurs anglais

Les joueurs anglais suite à leur défaite en finale de l'Euro (Londres, Samedi 11 juillet 2021)
Les joueurs anglais suite à leur défaite en finale de l'Euro (Londres, Samedi 11 juillet 2021) Tous droits réservés FACUNDO ARRIZABALAGA/AFP
Tous droits réservés FACUNDO ARRIZABALAGA/AFP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs joueurs ont été visés par des commentaires racistes en ligne après la finale perdue contre l'Italie. Un problème récurrent en Angleterre et dénoncé depuis des mois par les équipes et la fédération.

PUBLICITÉ

Les insultes racistes déversées sur les réseaux sociaux contre trois joueurs noirs de l'équipe anglaise après leur défaite contre l'Italie en finale de l'Euro dimanche ont été condamnées unanimement lundi, du Premier ministre Boris Johnson au sélectionneur Gareth Southgate, qui les a qualifiées d'"impardonnables".

"Cette équipe d'Angleterre mérite d'être traitée en héros, et non (en victime) d'insultes racistes sur les réseaux sociaux. Les responsables de ces abus effroyables devraient avoir honte d'eux-mêmes", a déclaré sur Twitter Boris Johnson.

Lors d'une conférence de presse lundi, le sélectionneur de l'équipe anglaise, Gareth Southgate a jugé de tels propos "impardonnables". "Une partie vient de l'étranger, on nous l'a dit, mais une partie vient de ce pays", a-t-il ajouté, préférant retenir l'"énergie et l'esprit positif des fans".

La Fédération anglaise de football s'est dite "consternée" par les propos racistes à l'encontre de Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka.

Les trois joueurs, entrés en fin de rencontre, ont raté leur tir au but, scellant la défaite de l'Angleterre face à l'Italie et brisant ainsi le rêve de tout un pays qui espérait décrocher un deuxième titre majeur, 55 ans après son succès à domicile durant la Coupe du monde 1966.

Commentaires supprimés

La police de Londres a annoncé qu'elle était "en train d'enquêter" sur ces publications "insultantes et racistes" en ligne.

Le ministre de la Culture et des Sports, Oliver Dowden, a appelé les plateformes de réseaux sociaux à s'attaquer davantage au racisme en ligne, prévenant que "s'ils ne le font pas, notre nouveau projet de loi sur la sécurité en ligne les obligera à des amendes pouvant atteindre 10 % des revenus mondiaux".

Un porte-parole de Facebook a assuré que l'entreprise avait "rapidement supprimé les commentaires et les comptes insultant envers les footballeurs anglais" et promis de "continuer à prendre des mesures contre ceux qui enfreignent nos règles".

Racisme endémique

Le football anglais est confronté depuis des années à un phénomène de racisme en ligne visant des joueurs après la défaite de leur club ou après des performances décevantes.

En mai, la FA, la fédération anglaise de football, avait appelé le gouvernement à légiférer sans tarder pour obliger les réseaux sociaux à agir contre les insultes en ligne ayant déjà visé Marcus Rashford.

Pour attirer l'attention sur ce racisme en ligne, la FA, les clubs de la Premier League, de la deuxième division et de la Super Ligue féminine, mais aussi des organisations représentant les joueurs, les arbitres et les entraîneurs, rejoints par la suite par d'autres sports comme le rugby ou le cricket, avaient décidé de ne pas alimenter leurs comptes sur les réseaux sociaux du vendredi 30 avril jusqu'au lundi 3 mai.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"It's coming to Rome !" L'Italie rugit après son sacre à l'Euro

L'Italie championne d'Europe face à l'Angleterre

Royaume-Uni : Boris Johnson attaqué par ses anciens conseillers pour sa gestion du Covid-19