DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La France renoue avec le défilé militaire du 14 Juillet

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Le président français Emmanuel Macron et le chef d'état-major des armées françaises sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris le 14 juillet 2021.
Le président français Emmanuel Macron et le chef d'état-major des armées françaises sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris le 14 juillet 2021.   -   Tous droits réservés  Michel Euler, POOL via AFP
Taille du texte Aa Aa

La France a célébré mercredi sa fête nationale avec un défilé militaire sur la célèbre avenue des Champs-Elysées, sous le regard d'Emmanuel Macron qui présidait ces festivités pour la dernière fois de son quinquennat. Cette année, la tradition na pas été annulée comme en 2020, mais, à cause du Covid, l’accès au défilé était limité, le pass sanitaire et les masques étaient obligatoires. La "Task Force Takuba" était à l'honneur, avant le retrait de l'opération Barkane au Sahel en 2022.

Un défilé limité

L'édition 2021 a signé le retour des troupes, des drapeaux et des blindés sur les Champs-Elysées : 5 000 participants, 73 avions, 24 hélicoptères, 221 véhicules et 200 chevaux de la Garde républicaine ont participé au défilé. En 2020, en pleine explosion de la pandémie de Covid-19, le défilé du 14 juillet avait été annulé, du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale et remplacé par une cérémonie place de la Concorde.

L'accès au spectacle a toutefois été limité, crise sanitaire oblige: les spectateurs devaient être munis du Pass sanitaire et porter un masque. La jauge dans les tribunes a été en outre fixée à 10 000 personnes contre 25 000 en temps normal.

A l'heure où le virus repart à la hausse en France, Emmanuel Macron a mis lundi la pression sur les non vaccinés : la vaccination sera désormais obligatoire pour les soignants et un pass sanitaire sera bientôt demandé à l'entrée de la plupart des lieux publics.

En préambule du défilé, le président français avait descendu les Champs-Elysées en "command car", un véhicule militaire blindé, aux côtés de son chef d'état-major des armées, le général François Lecointre, qui cédera sa place dans quelques jours à l'actuel chef d'état-major de l'armée de Terre, le légionnaire Thierry Burkhard.

Emmanuel Macron a rendu un hommage appuyé mardi soir au général Lecointre en saluant son "admirable vaillance", son "engagement" et sa "loyauté", au terme de quatre ans de services.

Le chef de l'État a ensuite rejoint la tribune, où l'attendait son épouse et de nombreux membres du gouvernement.

La "Task Force Takuba" à l'honneur, avant la fin de l'opération Barkane

Après le défilé aérien ouvert par la Patrouille de France, qui comme de tradition a peint le ciel en bleu-blanc-rouge, un contingent des forces spéciales européennes participant à la "Task Force Takuba" a lancé mercredi matin le défilé à pied.

Huit nations (France, Belgique, Estonie, Italie, Pays-Bas, République tchèque, Portugal, Suède) contribuent à ce groupement initié par la France pour accompagner les forces maliennes au combat. Takuba occupera une place centrale dans le futur dispositif antijihadiste au Sahel, où Paris compte réduire ses effectifs militaires après huit ans de présence.

L'opération française Barkhane au Sahel, qui mobilise aujourd'hui plus de 5 000 militaires, s'achèvera "au premier trimestre 2022", a précisé mardi le président français.

Pour la première fois, des policiers municipaux ont défilé à Paris, en l'occurrence de la ville de Nice (sud-est), cinq ans exactement après l'attaque au camion-bélier qui avait fait 86 morts sur la promenade des Anglais, le 14 juillet 2016.

La marine a mis à l'honneur ses sous-mariniers, avec la présence de l'équipage du sous-marin nucléaire d'attaque (ANS) Émeraude, de retour d'une mission de sept mois dans la stratégique région Indo-Pacifique.

L'armée de l'Air a quant à elle fait défiler son nouveau commandement de l'Espace, créé en 2019.

Le Service de santé des armées (SSA), très mobilisé depuis le début de la pandémie qui a fait plus de 111 000 morts en France, était lui aussi représenté.

Dans la soirée, un feu d'artifice fera scintiller le ciel parisien au-dessus de la Tour Eiffel.