DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : le premier ministre demande aux Japonais de regarder les JO à la télévision

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Covid-19 : le premier ministre demande aux Japonais de regarder les JO à la télévision
Tous droits réservés  Kiichiro Sato/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La situation sanitaire continue de préoccuper les autorités japonaises.

Ce mardi, la ville de Tokyo a enregistré 2 848 nouveaux cas quotidiens de Covid-19, un nouveau record local et plus du double qu'il y a une semaine.

"Dans ces circonstances, nous souhaitons à nouveau que tous nos citoyens japonais évitent les sorties non essentielles et non urgentes et regardent les Jeux olympiques et paralympiques à la télévision"
Yoshihide Suga
Premier ministre japonais

Ce chiffre des contaminations pourrait cependant avoir été gonflé artificiellement par des cas qui n'avaient pas été signalés durant le long week-end de quatre jours pour l'ouverture des JO, de jeudi dernier à dimanche.

Quoiqu'il en soit, les autorités japonaises sont critiquées par une partie de la population pour avoir maintenu l'organisation de ces Jeux, déjà reportés d'une année, au détriment du risque de propagation du Covid.

Dans les rues de la capitale, l'ambiance n'y est pas, et l'absence de spectateurs étrangers est un coup dur pour les petites entreprises de Tokyo.

"Il devait y avoir beaucoup de touristes et d'étrangers dans ce quartier d'Asakusa pendant les Jeux olympiques de Tokyo, mais en raison de la décision d'interdire les spectateurs aux jeux, le quartier lui-même est calme et nous sommes déçus", regrette Shuichi Inoue, gérant d'un magasin de bonbons.

Face à la pluie de médailles engrangées par le Japon, les produits dérivés commenceraient néanmoins à s'arracher et certains japonais seraient en passe de se réconcilier avec l'événement.

Mais ce revirement n'est pas unanime, et beaucoup de Japonais continuent d'être inquiets d'éventuels risques d'aggravation de la crise sanitaire à cause des JO.