DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Tunisie, plus de 550 000 personnes vaccinées en une journée

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
551.008 personnes de plus 40 ans ont été vaccinées à cette occasion
551.008 personnes de plus 40 ans ont été vaccinées à cette occasion   -   Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

La Tunisie, qui est confrontée depuis plusieurs mois à une grave crise sanitaire, a mené dimanche une intense campagne de vaccination contre le Covid-19 au cours d'une journée "portes ouvertes", après avoir obtenu plus de six millions de doses en provenance de pays arabes et occidentaux.

551.008 personnes de plus 40 ans, accueillies dans 335 centres, ont été vaccinées à cette occasion, selon le ministère de la Santé.

Une cellule de crise pour gérer la crise sanitaire

Le président Kaïs Saïed s'est octroyé les pleins pouvoirs le 25 juillet à la faveur d'un ras-le-bol exacerbé par un pic épidémique meurtrier, qui a provoqué la colère des Tunisiens contre "l'incompétence" de l'ancien gouvernement et d'une assemblée accaparée par ses luttes intestines.

Depuis, il a créé une cellule de crise pour gérer la crise sanitaire, supervisée par un militaire de haut rang.

Manque de stratégie face au Covid-19

En retard dans sa campagne de vaccination, la Tunisie a été frappée de plein fouet par le variant Delta : depuis mars, le nombre des morts dues au nouveau coronavirus a plus que doublé, passant à plus de 20.000.

Officiellement, ce pays de 11 millions d'habitants enregistre aujourd'hui l'un des pires taux de mortalité du monde liée à la pandémie.

Avec les millions de doses de vaccins qui ont afflué à la suite de dons ces dernières semaines, la Tunisie espère officiellement vacciner environ 50% de sa population d'ici à la mi-octobre. Environ deux millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin depuis le mois de mars.

Une première journée "portes ouvertes" organisée à la dernière minute fin juillet s'était soldée par une ruée désordonnée sur les vaccins. Elle avait coûté son poste au ministre de la Santé de l'époque, mettant en lumière le manque de stratégie du gouvernement face au Covid.