DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Guadeloupe : dans un service de réanimation saturé qui fait face à l'explosion des cas

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Guadeloupe : dans un service de réanimation saturé qui fait face à l'explosion des cas
Guadeloupe : dans un service de réanimation saturé qui fait face à l'explosion des cas   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Face à une situation jugée "dramatique" par le président français Emmanuel Macron, le confinement est durci pour trois semaines en Guadeloupe. A partir de vendredi, le couvre-feu sera étendu à 19 heures contre 20 heures jusqu'à présent, les sorties seront limitées à 5 km du domicile et les commerces non indispensables devront fermer. Seules les plages resteront ouvertes, mais uniquement pour pratiquer une activité sportive.

L'objectif de ces mesures est simple : tenter de stopper la progression de l'épidémie qui atteint des niveaux sans précédent sur un territoire français : le taux d'incidence n'est pas loin d'atteindre les 2000 cas pour 100 000 habitant. C'est dix fois plus que la moyenne nationale.

Service de réanimation saturé

Au CHU de Guadeloupe, il ne reste plus que deux lits de réanimation disponibles. L'île compte en temps normal 27 lits de réanimation. Aujourd'hui il y en a 67 et le gouvernement se fixe l'objectif d'atteindre 100 à 130 lits.

"Actuellement, il y a des patients qui mériteraient, qui devraient être dans des lits de réanimation, qui sont gérés à l’hôpital mais en dehors des services de réanimation qui sont saturés", souligne Marc Valette, chef du service de réanimation du CHU de Guadeloupe.

"On est arrivé au maximum du capacitaire en investissant des lieux qu’on avait prévu d’investir, ceux qu’on avait investi dans les vagues précédentes mais également des lieux qu’on n’avait pas prévu d’investir comme les anciennes consultations externes au sein desquelles on a monté une unité de 8 lits de réanimation et comme une partie du bloc opératoire", explique-t-il. "A partir de demain on va mettre des patients également dans des salles de bloc opératoire pour pouvoir accueillir l’ensemble de ces patients."

En revanche les touristes ne sont pas invités à quitter la Guadeloupe, comme c'est le cas en Martinique, où le confinement a été renforcé mardi. Mais les deux îles ont un point commun : une population faiblement vaccinée.

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu est arrivé mardi soir en Guadeloupe accompagné d'un renfort de 274 soignants et 60 pompiers, se rendre jeudi en Martinique, où est également attendu le ministre de la Santé Olivier Véran.