DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'OMS Europe s'alarme d'une hausse de la mortalité du Covid-19 : "une 3e dose n'est pas un luxe"

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
L'OMS Europe s'alarme d'une hausse de la mortalité du Covid-19 : "une 3e dose n'est pas un luxe"
Tous droits réservés  EMILY ELCONIN/2021 Getty Images
Taille du texte Aa Aa

L'OMS s'alarme de la hausse des morts du Covid-19 en Europe. Elle redoute que la pandémie fasse 236 000 morts de plus d'ici le 1 er décembre sur le continent européen.

Le variant Delta, la hausse des voyages cet été, l'allègement des restrictions sanitaires et le ralentissement de la vaccination au niveau européen sont en cause.

C'est ce qu'a expliqué le directeur de l'OMS pour l'Europe, Hans Kluge :

"La semaine dernière, le nombre de morts dans la région a augmenté de 11%, avec une projection fiable prévoyant 236 000 morts de plus en Europe d'ici au 1er décembre", ce qui s'ajouterait au 1,3 million de décès déjà provoqués par la pandémie sur le Vieux continent.

Lors de son point presse, Hans Kluge a aussi été moins catégorique sur l'administration d'une troisième dose de vaccin. Pour lui, "ce n'est pas un luxe" :

"La priorité absolue est de veiller à ce que les personnes les plus vulnérables reçoivent le premier et le deuxième vaccin. Ensuite, dans les pays où nous constatons que les personnes ont une immunité réduite, comme les personnes âgées dont l'immunité contre les maladies graves et la mort diminue au fil du temps, ces pays peuvent envisager un troisième vaccin. Mais nous devrions tout faire pour partager les doses avec les pays qui n'ont pas encore vacciné l'ensemble de leur personnel de santé et, en même temps, examiner l'évolution des données..., nous devons tout faire en même temps."

Hans Kluge a également recommandé de rendre les injections obligatoires pour les professions exposées, d'étendre les vaccinations aux moins de 12 ans présentant des pathologies sous-jacentes, et d'être vigilant. Certains pays pensent qu'ils sont sortis de la pandémie alors qu'en réalité ils sont confrontés à une nouvelle vague.

Pour Hans Kluge, "l'acceptation de la vaccination par la population est cruciale", en particulier alors que les mesures de santé publique ont été assouplies dans de nombreux endroits. "Le scepticisme à l'égard des vaccins et le déni de la science nous empêchent de stabiliser cette crise. Ils ne servent à rien et ne sont bons pour personne".

En cette période de rentrée scolaire, l'OMS et l'Unicef Europe ont appelé à mettre en place une stratégie vaccinale destinée à maintenir l'enseignement en présentiel, considéré comme crucial.

Il faudrait "proposer le vaccin contre le Covid-19 aux enseignants et aux autres membres du personnel scolaire en tant que groupe cible des plans de vaccination nationaux", ont indiqué lundi les deux organisations dans un communiqué.

A travers l'Europe, les restrictions sont disparates.

Dans le monde, plus de 4,5 millions de décès dus au Covid-19 ont été officiellement recensés depuis le début de la pandémie, selon un comptage de l'AFP à partir de sources officielles.

Sources additionnelles • AP, AFP