Seuls maîtres à bord : les Talibans paradent après la fin du retrait américain

Le Maj. Gen. Chris Donahue est le dernier soldat américain a avoir quitté l'Afghanistan dans la nuit de lundi à mardi
Le Maj. Gen. Chris Donahue est le dernier soldat américain a avoir quitté l'Afghanistan dans la nuit de lundi à mardi Tous droits réservés AP/AP
Par Maxime Biosse Duplanafp & reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Talibans continuent d'envoyer un message de bienveillance, mais dans le pays, des milliers de personnes veulent toujours fuir.

PUBLICITÉ

Cette fois, l'aéroport de Kaboul est à eux. Après le départ du dernier vol militaire américain dans la nuit de lundi à mardi, les Talibans ont paradé ce mardi matin sur le tarmac du principal aéroport d'Afghanistan. Ce 31 août marque la fin du retrait américain du pays mais à nouveau, les nouveaux dirigeants du pays veulent soigner leur communication et leur image. Leur porte-parole déclarait ce mardi sur le tarmac de l'aéroport : 

"Nous donnons toutes les assurances à tout le monde que personne ne doit se faire de soucis, l'Émirat islamique est là pour assurer la sécurité, pour garantir la dignité des gens, nous travaillons pour cela jour et nuit. Si Dieu le veut, un gouvernement sera bientôt annoncé, tous les bureaux du gouvernement vont rouvrir, les banques et l'économie vont recommencer à bouger, et le pays recommencer à se diriger vers la prospérité."

Si Dieu le veut, un gouvernement sera bientôt annoncé, tous les bureaux du gouvernement vont rouvrir, les banques et l'économie vont recommencer à bouger
Zabihullah Mujahid
Porte-parole des Talibans

Mais malgré les discours bienveillants des Talibans, des milliers d'Afghans espèrent toujours fuir leur pays. Dans les villes, de longues files d'attente se sont formées ces dernières heures devant les banques, de nombreux hommes tentant de récupérer leurs économies.

Ali M Latifi, correspondant Al Jazeera, pour Euronews : "Les personnes qui ont été laissées pour compte, c'est vraiment un problème international, car il faut se rappeler que ces différents pays ne leur ont pas facilité le départ de toute façon. Vous savez, les processus de visa n'étaient pas clairs. Ce sont aussi ces pays qui ont dit aux talibans et aux forces de la CIA que toute personne n'ayant pas obtenu de passeport étranger ou de carte verte au cours de la dernière semaine environ ne pouvait pas s'approcher de l'aéroport. Leur destin est donc vraiment entre les mains du reste de la communauté international."

Un haut-responsable taliban a affirmé ce mardi qu'il voulait envoyer un message de pardon aux anciens occupants de l'Afghanistan et qu'il ne poursuivrait envers eux pas de politique de revanche.

Les diplomates qui sont partis doivent revenir, car le monde doit avoir des relations avec l'Afghanistan, a t-il ajouté.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE veut éviter une crise migratoire en provenance d’Afghanistan

Afghanistan : retour à Kaboul pour deux anciens prisonniers de Guantanamo

Un avion privé russe s'écrase en Afghanistan