L’UE veut éviter une crise migratoire en provenance d’Afghanistan

L’UE veut éviter une crise migratoire en provenance d’Afghanistan
Tous droits réservés Virginia Mayo/Associated Press
Par Efi KoutsokostaEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les 27 ministres de l’Intérieur se sont retrouvés pour une réunion extraordinaire consacrée à la situation en Afghanistan et sur les conséquences en matière de flux migratoires.

PUBLICITÉ

L'Union européenne tente de coordonner sa réponse pour accueillir les réfugiés afghans qui fuient le régime des talibans. A l'issue d'une réunion extraordinaire les 27 ministres de l'Intérieur veulent en priorité éviter des mouvements migratoires comparables à ceux de 2015.

"Nous devons empêcher les gens de recourir aux voies des trafiquants pour rejoindre l'Union européenne et pour cela il faut travailler avec l'Afghanistan et les pays voisins", prévient la Commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson. Dans le même temps la responsable suédoise estime que les 27 doivent aussi proposer une protection aux personnes vulnérables ainsi qu’aux femmes et aux filles.

L'Union compte aussi apporter une assistance financière aux pays voisins de l'Afghanistan qui accueillent des réfugiés. "Cela pourrait être à la fois une aide directe aux Afghans et cela pourrait aussi prendre la forme d'une réinstallation pour les groupes les plus vulnérables", précise Ylva Johansson.

Cette réunion s'est déroulée le jour du départ des dernières troupes américaines présentes en Afghanistan, 20 ans après le début de l'intervention militaire. De son côté l'ONU alerte sur le fait qu'il pourrait y avoir cette année un demi-million de réfugiés afghans supplémentaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE dit vouloir rester en contact avec les talibans

Seuls maîtres à bord : les Talibans paradent après la fin du retrait américain

Afghanistan : la résolution de l'ONU pour des départs "sûrs" adoptée