EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Hausse des cas de démence à travers le monde : plus de 55 millions de malades

Le syndrome de la démence se caractérise notamment par une dégradation de la mémoire et du raisonnement.
Le syndrome de la démence se caractérise notamment par une dégradation de la mémoire et du raisonnement. Tous droits réservés Photo : Kathy Willens (Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.)
Tous droits réservés Photo : Kathy Willens (Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.)
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon l'OMS, la démence, dont la cause la plus courante est la maladie d'Alzheimer, touche plus de 55 millions de personnes dans le monde. Ce nombre devrait passer à 139 millions d'ici 2050 en raison du vieillissement de la population.

PUBLICITÉ

Les cas de démence, un syndrome caractérisé notamment par une dégradation de la mémoire et du raisonnement, sont en hausse dans le monde, et pourtant seul une petite minorité de pays dispose de plan de lutte, s'inquiète l'OMS.

Selon un nouveau rapport de l'Organisation mondiale de la santé, la démence, dont la cause la plus courante est la maladie d'Alzheimer, touche plus de 55 millions de personnes dans le monde. Ce nombre devrait passer à 78 millions d'ici 2030 et à 139 millions d'ici 2050 en raison du vieillissement de la population.

La démence, syndrome dans lequel on observe une dégradation de l'aptitude à réaliser les activités quotidiennes, touche à environ 90% les plus de 65 ans. Elle n'est pas pour autant une conséquence inéluctable du vieillissement.

S'il n'existe pas de traitement, des études ont montré qu'environ 40% des cas pourraient être évités ou retardés en faisant régulièrement de l'exercice, en ne fumant pas, en évitant l'usage excessif d'alcool, en mangeant sainement, en contrôlant son poids et ses niveaux de tension artérielle, cholestérol et de glycémie.

Parmi les autres facteurs de risque figurent aussi la dépression, le faible niveau de scolarité, l'isolement social et l'inactivité cognitive.

Peu de politiques de santé publique

Pourtant, le rapport révèle que seul un quart (26%) des États membres de l'OMS disposent de plan de lutte contre la démence, dont la moitié en Europe, a résumé le Dr Katrin Seeher, du département Santé mentale et usage de substances psychoactives à l'OMS, en conférence de presse.

En outre, elle a expliqué que nombre de ces plans sont sur le point d'arriver à échéance ou ont pris fin.

"Nous avons besoin d'une plus grande attention des gouvernements afin qu'ils élaborent des politiques de lutte contre la démence"
Dr Katrin Seeher
Département Santé mentale et usage de substances psychoactives à l'OMS

L'experte a toutefois reconnu qu'il fallait "être réalistes et voir que la démence est en concurrence avec de nombreux autres problèmes de santé publique", en particulier dans les pays en développement. Aussi, l'OMS encourage les pays défavorisés à intégrer la problématique de la démence dans les politiques de santé publique relatives aux maladies non transmissibles ou dans les stratégies en matière de politique de vieillesse.

Près de 60% des personnes atteintes de démence vivent dans un pays à revenu faible ou intermédiaire. Selon le rapport, les coûts mondiaux liés à la démence ont été estimés en 2019 à 1 300 milliards de dollars. Ce nombre devrait grimper à 2 800 milliards en 2030.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Démence : une augmentation de 300% du nombre de cas d'ici 2050 dans le monde ?

Aux Pays-Bas, plongée au cœur d'un système de soins innovant

Danemark : l'incendie dans les bureaux du géant pharmaceutique Novo Nordisk est maîtrisé