DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les Afghanes pourront étudier à l'université avec de nouvelles contraintes

Access to the comments Discussion
Par EURONEWS
euronews_icons_loading
Les Afghanes pourront étudier à l'université avec de nouvelles contraintes
Tous droits réservés  KARIM SAHIB/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

C'était l'une des craintes des femmes afghanes : devoir abandonner leurs études avec le retour des Talibans. Finalement, elles pourront aller à l'université, mais avec de nombreuses contraintes.

Le ministre de l'Enseignement supérieur par intérim a fait plusieurs propositions, entre autres sur la non-mixité. Pour lui, les universités doivent avoir la capacité d'accueillir d'un côté les filles et de l'autre les garçons. "Si ce n'est pas le cas, il faudra adapter les plages horaires avec des créneaux spécifiques pour qu'ils ne se croisent pas ou enfin pouvoir séparer une classe en deux.", précise Abdul Baqi Haqqani.

Non-mixité et tenues islamiques

Lors d'une conférence de presse ce dimanche, Abdul Baqi Haqqani a déclaré que si les femmes seront autorisées à poursuivre leurs études même au niveau post-universitaire, elles devront adopter de nouveaux codes comprenant également des tenues islamiques complètes obligatoires.

"Abdul Baqi Haqqani n'a pas précisé si les femmes devaient se couvrir le visage pendant qu'elles étaient en classe mais a dit que certains cours devraient également être revisités bien qu'il n'ait pas expliqué ce qui changerait exactement dans le programme d'études ici en Afghanistan.", d'après notre correspondante Anelise Borges.

"Ne pas revenir 20 ans en arrière"

Les Talibans ont déjà interdit aux femmes de faire du sport et ont déclaré que la pratique de la musique ne devrait pas être encouragée. La communauté internationale a observé de très près dans quelle mesure les Talibans ont réellement changé, notamment en ce qui concerne leur attitude envers les femmes. Là-dessus, le ministre a déclaré que le groupe ne veut pas revenir vingt ans en arrière mais qu'il essaie de s'appuyer sur ce qui existe déjà ici en Afghanistan aujourd'hui.