DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Lutte contre le réchauffement climatique : moins de "blabla", plus d'action exhorte Greta Thunberg

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Lutte contre le réchauffement climatique : moins de "blabla", plus d'action exhorte Greta Thunberg
Tous droits réservés  Luca Bruno/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Il n'y a plus de temps à perdre. A Milan, devant 400 jeunes originaires de 200 pays, Greta Thunberg appelle les dirigeants du monde entier à se réveiller et à prendre au sérieux la crise climatique. La jeune militante suédoise les accuse d'avoir noyé leur espoir dans des mots et d'avoir trahi les générations actuelles et futures.

"Il n'y a pas de planète B, il n'y a pas de planète blah... blah, blah, blah... Il ne s'agit pas d'un acte écologique politiquement correct et coûteux avec des lapins qui se font des câlins ou de bla, bla, bla... 'Reconstruire en mieux'... bla, bla, bla. 'Économie verte', bla, bla... C'est tout ce que nous entendons de la part de nos soi-disant dirigeants. Des mots qui sonnent bien mais qui jusqu'à présent n'ont mené à aucune action" fustige la militante écologiste Greta Thunberg.

"Il est temps de tenir vos promesses" a martelé une autre jeune ambassadrice, l'Ougandaise Vanessa Nakate, militante pour la justice climatique et de rappeler que les populations les moins responsables du réchauffement sont souvent celles qui souffrent le plus : "Pour beaucoup d'entre nous, réduire et éviter les émissions de gaz ne suffit pas. Vous ne pouvez pas vous adapter à la perte d'une culture. Vous ne pouvez pas vous adapter aux traditions perdues. Vous ne pouvez pas vous adapter à l'Histoire perdue. Vous ne pouvez pas vous adapter à la famine".

Selon la dernière évaluation de l'ONU, le monde se dirige vers un réchauffement "catastrophique" de +2,7°dégrés.

Les engagements des Etats ne sont toujours pas à la hauteur pour respecter les objectifs de l'accord de Paris, à savoir limiter le réchauffement de la planète en dessous de +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle.

400 jeunes âgés de 15 à 29 ans, venus de près de 200 pays et sélectionnés par l'ONU parmi près de 9 000 candidats, sont réunis jusqu'à jeudi à Milan pour élaborer leur vision commune de l'urgence climatique et des actions prioritaires à mener.

Leur déclaration sera soumise dans la foulée à une cinquantaine de ministres réunis pour préparer la COP26 de novembre à Glasgow.