PUBLICITÉ

Autriche : accusé de corruption, le chancelier Kurz est de plus en plus isolé

Manifestation devant les locaux de l'ÖVP à Vienne, pour réclamer le départ du chancelier Sebastian Kurz, Vienne, le 07/10/2021
Manifestation devant les locaux de l'ÖVP à Vienne, pour réclamer le départ du chancelier Sebastian Kurz, Vienne, le 07/10/2021 Tous droits réservés Lisa Leutner/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Lisa Leutner/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il veut rester à la chancellerie mais l'opposition réclame son départ. Soupçonné de corruption, Sebastian Kurz doit convaincre les autres partis et l'opinion publique.

PUBLICITÉ

L’étau judiciaire et politique se resserre autour du conservateur autrichien, Sebastian Kurz, soupçonné de corruption. Il doit désormais trouver une stratégie et s'est entretenu avec le président Alexander Van der Bellen. Un chancelier dans la tourmente, mais confiant dans sa capacité à rester Premier ministre. Son parti lui a réitéré son soutien.

Sebastian Kurz, se dit également "prêt à poursuivre la coopération avec les Verts" mais ses alliés au Parlement, ainsi que toute l'opposition réclament sa démission. 

Une session extraordinaire aura lieu mardi. L'opposition espère déposer une motion de censure commune mais cette dernière a très peu de chances d'aboutir faute de voix suffisantes.

En attendant, le chancelier doit consulter les chefs de file parlementaires des autres partis.

Des sondages truqués

L'affaire est centrée sur des allégations selon lesquelles l'argent du ministère des Finances a été utilisé entre 2016 et 2018 pour payer des sondages manipulés favorables à Kurz et publiés dans un journal.

Le dirigeant de 35 ans avait dénoncé ce jeudi des "accusations fabriquées" de toutes pièces, soulignant, dans un entretien télévisé, qu'il resterait "bien évidemment" à la tête du gouvernement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Autriche : visé par une enquête pour corruption, Sebastian Kurz nie les faits

L'Autriche veut externaliser les demandes d'asile en Afrique

Des habitants de Vienne ont marché ce samedi contre le FPÖ, le parti d'extrême droite