This content is not available in your region

Bus-écoles, nouvelle pédagogie : les innovations de l'Ouzbékistan en maternelle

Par Galina Polonskaya
euronews_icons_loading
Learning World
Learning World   -   Tous droits réservés  euronews

Dans la ville de Khiva en Ouzbékistan, l'enseignante Zilola Masharipova a pris place à bord d'un bus spécialement aménagé en salle de classe. Elle rejoint comme chaque matin, la petite commune de Dashyok. Tous les jours, des dizaines de véhicules similaires sillonnent le pays pour amener l'école dans les villages les plus reculés. Ce dispositif fait partie des nouvelles initiatives lancées en Ouzbékistan pour généraliser l'enseignement en maternelle. Nous en découvrons quelques-unes dans la province de Khorezm.

Pour Zilola Masharipova, ce projet d'écoles mobiles a une portée considérable. "Grâce à cela, les enfants de 3 à 7 ans ont accès à un enseignement de maternelle de qualité, quelle que soit leur origine sociale, y compris dans les villages des zones rurales," décrit-elle. "Les enfants qui n'étaient pas scolarisés en maternelle ont désormais, dès le départ, les mêmes chances que ceux des villes," se félicite-t-elle.

Généraliser la scolarisation en maternelle jusque dans les villages reculés

L'enseignement de Zilola Masharipova est centré sur l'enfant. Les élèves peuvent choisir eux-mêmes comment ils veulent apprendre. Chaque jour, la maîtresse leur propose un thème à découvrir. En ce moment, les couleurs de l'automne sont à l'honneur. Farzona, 5 ans, nous explique : "En automne, les feuilles des arbres deviennent rouges et jaunes comme ces briques [ndlr : de petites pièces de construction] et ensuite, elles tombent."

De nombreux parents du village attendaient depuis des années qu'une école maternelle ouvre sur place. "Maintenant, nos enfants ont la possibilité de recevoir une éducation et une instruction de qualité," se réjouit Ekutzhon Rusmetova, mère de famille. "Ici, ils apprennent à dessiner, écrire, compter, jouer et développer leurs capacités intellectuelles : pour nous, parents, c'est le bonheur !" assure-t-elle.

euronews
Tous les jours, des dizaines de bus-écoles se rendent dans des villages reculés du payseuronews

En 2012, seuls 23% des enfants en Ouzbékistan étaient scolarisés en école maternelle. Dans les zones rurales, ce taux n'était que de 8,5 %. Depuis 2017, des réformes ont été menées et aujourd'hui, plus de 60% des enfants ouzbeks bénéficient de cet enseignement précoce. Objectif : le généraliser à tous les enfants du pays.

En Ouzbékistan, l'école est obligatoire à partir de l'âge de 6 ans. Des établissements comme celui que nous visitons dans la ville de Khanka proposent des cours gratuits en demi-journée.

"Maintenant, c'est l'enfant qui joue le rôle principal"

L'apprentissage centré sur l'enfant est une nouvelle approche éducative dans le pays. Dans l'école maternelle qui a récemment ouverte dans le village de Khasian, on donne l'opportunité aux enfants de choisir eux-mêmes la manière dont ils apprennent.

"Dans l'ancien modèle, l'enseignant était le personnage le plus important, le personnage-clé," rappelle Irina Grosheva, chef spécialiste du département stratégique de l'enseignement de maternelle au ministre ouzbek de l'Éducation. "Maintenant, c'est l'enfant qui joue le rôle principal, il a le droit de choisir son activité," précise-t-elle.

"Notre objectif est de développer l'esprit d'analyse et la créativité des enfants," poursuit Irina Grosheva. "C'est la créativité qui permet de développer leur personnalité," affirme-t-elle.

Des organisations comme la Banque mondiale aident l'Ouzbékistan à proposer un enseignement de maternelle de qualité. "Nous soutenons une éducation centrée sur l'enfant où les enfants, dès leur plus jeune âge, sont amenés à résoudre des problèmes par exemple," indique Marco Mantovanelli, responsable de la Banque mondiale pour l'Ouzbékistan. "Résoudre des problèmes, c'est essentiel pour développer une meilleure capacité à apprendre par la suite," estime-t-il.

euronews
"Développer l'esprit d'analyse et la créativité des enfants", objectif de l'enseignement de maternelle en Ouzbékistaneuronews

Faire évoluer la formation des enseignants

Nous partons découvrir dans le village de Shikhmakhshad, un autre modèle alternatif d'enseignement de maternelle appelé "groupe de jeu". Les enfants d'âges divers apprennent ensemble en jouant.

En plus de son soutien à la réforme de l'éducation, l'UNICEF a contribué à l'ouverture de huit groupes de jeu de ce type en Ouzbékistan. "Les compétences non techniques, la pensée critique et la capacité à interagir, communiquer et résoudre des problèmes - même si cela peut être très basique à cet âge - sont des éléments sur lesquels nous investissons et nous nous concentrons," insiste Munir Mammadzade, représentant de l'UNICEF dans le pays. "Tout cela nous aide à redéfinir tout le programme d'enseignement pour les professeurs," renchérit-il.

Grâce à ces initiatives pour améliorer le parcours scolaire des enfants ouzbeks, le métier d'enseignant de maternelle est devenue un choix de carrière populaire. Une voie professionnelle qu'a retenue Nadina Nabieva. Elle étudie à la nouvelle antenne de Tachkent de l'université coréenne de Bucheon. Sur place, les étudiants apprennent à enseigner de manière créative.

"L'essentiel dans notre métier, c'est de garder notre âme d'enfant," indique la jeune femme. "Sans cela, les enfants ne pourront pas s'ouvrir à nous et nous accepter dans leur monde," fait-elle remarquer.

Journaliste • Galina Polonskaya