EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'Ouzbékistan réinvente son offre extrascolaire pour doter sa jeunesse de compétences d'avenir

L'Ouzbékistan réinvente son offre extrascolaire pour doter sa jeunesse de compétences d'avenir
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Galina Polonskaya
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Stylisme traditionnel, robotique ou encore informatique, l'Ouzbékistan dispose de centres extrascolaires qui proposent toutes sortes d'activités éducatives. Objectif : rendre sa nouvelle génération encore plus compétitive sur le marché du travail.

PUBLICITÉ

L'Ouzbékistan s'est donnée pour mission de renouveler son offre éducative extrascolaire. Dans tout le pays, il existe des centres dédiés, appelés Barkamol Avlod, qui veut dire "génération harmonieuse" en ouzbek. Nous visitons celui de la petite ville de Gulustan dans la région de Syrdarya.

De la robotique à la coiffure

Sur place, les enfants acquièrent des compétences diverses et font preuve d'ambition. C'est le cas de Akbar Nabijonov, 11 ans, passionné de robotique depuis cinq ans. "Mon rêve, c'est de devenir un grand constructeur de robots et d'en créer un avec l'intelligence artificielle qui soit utile à beaucoup de monde," explique-t-il. 

"Aujourd'hui, mon copain et moi, on a fabriqué une voiture de course qui roule très vite et qui gagnera toutes les courses," nous montre le garçon. "Avec ces roues, elle peut tourner dans n'importe quelle direction," décrit-il.

Euronews
Akbar, 11 ans, se passionne pour la robotiqueEuronews

L'enseignant Husniddin Abdugafforov espère que ses cours feront la différence quand ses élèves deviendront adultes. "La robotique est très importante pour la nouvelle génération car les choses évoluent très vite : les jeunes doivent faire tout leur possible pour concevoir de nouvelles inventions, ils ne doivent pas répéter la même chose, mais créer quelque chose de nouveau," fait-il remarquer.

Après les ateliers, les enfants peuvent apprendre les échecs, les secrets du Rubik's cube ou encore la coiffure... Le programme est plus que varié.

La jeune Abdukarimova Muxlisa participe au cours de coiffure. "Je rêve de devenir coiffeuse professionnelle à l'avenir : c'est mon grand rêve," confie-t-elle.

Euronews
Abdukarimova apprend la coiffure au centre extrascolaire Barkamol Avlod de GulustanEuronews

Plus de 200 centres Barkamol Avlod dans le pays

On recense plus de 200 centres Barkamol Avlod à travers l'Ouzbékistan. Ils font partie du système éducatif national et leur coût est abordable : l'équivalent de 4 dollars par mois dans les grandes villes et encore moins dans les petites localités.

"Les centres éducatifs pour enfants Barkamol Avlod sont des plateformes qui leur donnent la possibilité de développer leurs talents cachés et leur potentiel, et bien sûr de mettre en pratique ces compétences pour bâtir leur future carrière," indique Indira Kholdarova, directrice du département dédié à l'éducation extrascolaire au ministère ouzbek de l'Éducation.

Le cours de stylisme traditionnel est l'un des plus populaires. Proportions, motifs, symétrie et tendances modernes... Il faut tenir compte de nombreuses choses pour créer une tenue à la mode avec des éléments du style traditionnel ouzbek. Et peut-être que l'un des enfants présents sur place deviendra un jour, créateur de mode.

C'est en tout cas, la carrière à laquelle se destine la jeune Jabborova Shahwoda. "Mon rêve est de créer une collection qui associe des vêtements fabriqués avec des tissus nationaux ouzbeks et des habits modernes et aussi d'utiliser ces tissus pour créer des chapeaux, des chaussures ou des sacs," explique-t-elle.

Euronews
Jabborova veut créer une collection de mode à la fois, traditionnelle et moderneEuronews

Compétences IT pour les filles

À l'échelle nationale, le gouvernement a fait de l'informatique et des technologies numériques, l'une des principales priorités en matière d'éducation.

Nous nous rendons dans un parc technologique de Tachkent où des filles porteuses de handicap participent au programme Skills4Girls où elles peuvent apprendre les technologies de l'information, par exemple à concevoir des pages web. Thème du cours auquel nous assistons : les blocks en CSS.

"Ce programme est très important pour moi car plus tard, je veux devenir architecte d'intérieur," précise Sevinch Karimova, une jeune participante sourde.

Skills4Girls est une initiative de dimension mondiale de l'UNESCO qui implique 22 pays dont l'Ouzbékistan.

"Nous couvrons toutes les régions pour permettre à des filles de milieux défavorisés, y compris des filles atteintes de handicap, d'être formées à la programmation dans la conception et à la bureautique," déclare Munir Mammadzade, représentant de l'UNICEF en Ouzbékistan. "Nous prévoyons de poursuivre ce programme en 2023 et d'y intégrer le codage en blocs et les compétences liées à la robotique," annonce-t-il. 

"Ces connaissances sont très demandées et nous voulons donner cette opportunité aux filles ouzbèkes pour qu'elles puissent trouver leur place, non seulement sur le marché du travail national, mais aussi à l'échelle mondiale," assure-t-il.

Euronews
Atelier du programme Skills4Girls à TachkentEuronews

"Pour que les gens pensent tout de suite à l'Ouzbékistan quand on parle d'e-sport"

Nous découvrons une autre opportunité d'apprentissage extrascolaire dans une école spécialisée dans les technologies de l'information, elle aussi située à Tachkent.

Quand les cours sont finis, les élèves s'adonnent à l'e-sport. "Les échecs ou le tir à l'arc, par exemple, développent d'excellentes qualités : réflexion stratégique, logique, leadership et compétences en communication," estime Fazliddin Ismailov, directeur de cette école "Muhammad Al-Khorazmiy" spécialisée dans les IT. "Les sports électroniques sont importants et comme nous sommes une école d'informatique, nous avons choisi de les proposer," dit-il.

PUBLICITÉ
Euronews
Muxiddinov, ici au centre, a de grandes ambitions dans l'e-sport en OuzbékistanEuronews

Et certains élèves ont choisi d'en faire leur avenir. "J'ai l'intention de créer ma propre organisation communautaire d'e-sport," nous indique Muxiddinov Kamron, "pour que les gens pensent tout de suite à l'Ouzbékistan quand on parle d'e-sport."

Journaliste • Galina Polonskaya

Partager cet article

À découvrir également

Bus-écoles, nouvelle pédagogie : les innovations de l'Ouzbékistan en maternelle