This content is not available in your region

Le bilan de l'effondrement d'une tour en construction passe à 36 morts

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Les débris du bâtiment en construction après l'effondrement (Lagos, 1 novembre 2021)
Les débris du bâtiment en construction après l'effondrement (Lagos, 1 novembre 2021)   -   Tous droits réservés  PIUS UTOMI EKPEI/AFP or licensors

Un total de 36 personnes ont trouvé la mort dans l'effondrement d'un immeuble de 21 étages lundi à Lagos, capitale économique du Nigeria, ont indiqué jeudi les services de secours qui poursuivent leurs opérations de recherche.

"Pour l'instant, 36 personnes - 33 hommes et 3 femmes - ont été retirées des décombres et il y a neuf survivants", a affirmé le directeur général de l'Agence de gestion des urgences de l'Etat de Lagos (Lasema).

Le bâtiment en construction dans le quartier cossu d'Ikoyi s'est effondré lundi après-midi dans des circonstances indéterminées, alors que plusieurs dizaines d'ouvriers se trouvaient sur le chantier. L'effondrement de bâtiments est une tragédie fréquente au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, où des millions de personnes vivent dans des immeubles délabrés et où la législation concernant la construction est régulièrement bafouée.

Aux abords du site, des familles et des proches des victimes continuaient jeudi d'attendre des nouvelles, trois jours après la catastrophe tandis que des équipements lourds étaient déployés pour participer aux opérations de déblaiement.

Le nombre de personnes présentes sur le site au moment de l'effondrement reste indéterminé. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l'effondrement du bâtiment, réduit à un énorme tas de gravats.

Mercredi, les services de secours avaient établi un bilan de 22 morts. Plusieurs cadavres ont été découverts dans la nuit, ont indiqué les sauveteurs.

Mardi, deux autres immeubles plus petits se sont également effondrés à Lagos après de fortes pluies, mais personne n'a été tué, a-t-il été indiqué par ailleurs.

Le gouverneur de l'État de Lagos, Babajide Sanwo-Olu, a déclaré mercredi que l'incident était une "terrible catastrophe nationale", ajoutant que "des erreurs ont été commises". Une commission d'enquête constituée de membres indépendants a été mise en place et doit faire la lumière sur ce drame, a-t-il précisé.