This content is not available in your region

Incendie dans une école au Niger : au moins 26 jeunes enfants ont péri

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Restes calcinés de l'école de Maradi, au Niger, 8 novembre 2021
Restes calcinés de l'école de Maradi, au Niger, 8 novembre 2021   -   Tous droits réservés  AP VIDEO

Dans le sud du Niger, au moins 26 enfants âgés de 5 et 6 ans sont morts dans l'incendie de leur école. 13 autres ont été blessés et quatre d'entre eux sont dans un état grave. L'école, située à Maradi, était faite de bois, de paille et de tôles.

Le Niger, un des pays les plus pauvres au monde, construit des milliers de hangars de ce type pour que les enfants aillent en classe. Les incendies sont assez rares et ne font généralement pas de victimes.

"On ignore l'origine de l'incendie, une enquête est ouverte pour la déterminer", a déclaré le gouverneur, Chaïbou Aboubacara, annonçant qu'un "deuil de trois jours au niveau de la région de Maradi" avait été décrété à compter de mardi.

A la mi-avril, vingt enfants de 3, 4 et 5 ans, étaient morts calcinés dans l'incendie de classes similaires dans un quartier populaire de Niamey, "Pays-Bas", riverain de l'aéroport international et construit dans une ancienne carrière d'argile.

"Ce tragique événement vient endeuiller une fois de plus le peuple nigérien en général et l'école nigérienne en particulier", regrette le gouvernement dans un communiqué publié lundi soir.

Il décide en conséquence "l'interdiction formelle des classes en paillotes au niveau du préscolaire sur toute l'étendue du territoire".

Le président nigérien Mohamed Bazoum avait récemment promis de remplacer ces paillotes par des classes en dur.

Après l'incendie de Niamey, "nous avions attiré l'attention des autorités sur le danger que représentent ces classes" en paille, a rappelé Issoufou Arzika, secrétaire général du Syndicat des enseignants du Niger.

"Il vaut mieux tenir les cours sous des arbres que dans des paillotes qui sont devenues des tombes inflammables pour les élèves", selon lui.

Sources additionnelles • AP, AFP