This content is not available in your region

Covid-19 : l'Allemagne passe la barre des 100 000 morts

Access to the comments Discussion
Par Vincent Coste  avec AFP
Unité de soins intensifs pour les patients atteints du Covid-19 de l'hôpital de Freising, près de Munich, le 16  novembre 2021
Unité de soins intensifs pour les patients atteints du Covid-19 de l'hôpital de Freising, près de Munich, le 16 novembre 2021   -   Tous droits réservés  CHRISTOF STACHE / AFP

100 119 personnes, exactement, sont mortes du Covid-19 en Allemagne depuis le début de la pandémie, a annoncé jeudi l'autorité sanitaire fédérale, l'institut Robert Koch (RKI). 351 nouveaux décès ont été comptabilisés lors des dernières 24h par cette autorité.

En une journée, le RKI a également compté 75 961 nouvelles contaminations, un nouveau plus haut au moment où la première économie européenne craint une saturation des hôpitaux. L'incidence sur sept jours a aussi atteint un record, à 419,7.

La situation met en difficulté la nouvelle coalition gouvernementale qui va prendre la tête du pays en décembre, alors que l'Allemagne avait traversé mieux que d'autres pays européens les premières vagues de la pandémie.

Plus généralement, le Vieux Continent est de loin la région du monde la plus touchée par la pandémie actuellement, avec plus de 2,5 millions de cas et près de 30 000 morts enregistrés depuis une semaine. Et la tendance reste à la hausse, notamment dans les pays où le taux de vaccination est le moins élevé.

Le coronavirus a fait plus de 5,16 millions de morts dans le monde depuis fin 2019, dont près de 1,5 million en Europe, selon un bilan établi à partir de sources officielles.

Outre l'Allemagne, trois autres pays européens ont franchi le seuil des 100 000 morts du Covid-19. Le Royaume-Uni avait été le premier à le faire en janvier dernier, suivi de l'Italie en mars et de la France en avril. 144 286 décès dus au Covid-19 sont aujourd'hui comptabilisés par Londres, 133 415par Rome et 118 705 par Paris

"La situation est sérieuse" selon Olaf Scholz

L'incidence en Allemagne avait pour la première fois dépassé mercredi la barre des 400 infections pour 100 000 habitants en sept jours. Plusieurs régions ont rétabli de strictes restrictions pour endiguer la quatrième vague d'infections, la plus forte depuis l'apparition du virus.

Quelque 69% de la population allemande sont entièrement vaccinés, soit moins que dans d'autres pays européens comme la France, où le taux atteint 75%.

"La situation est sérieuse", a admis mercredi Olaf Scholz, futur chef social-démocrate du gouvernement après un accord de coalition avec les Verts et les libéraux du FDP, promettant de "tout faire" face à la pandémie.

La nouvelle coalition semble toutefois exclure dans l'immédiat l'idée de confinement national, et mise sur la généralisation du pass sanitaire dans les transports et de restrictions d'accès pour les non-vaccinés, par exemple pour des lieux culturels, et la vaccination.

L'Allemagne doit "étudier" une éventuelle "extension" de l'obligation vaccinale, en vigueur dans l'armée et bientôt dans les établissements de soins, a indiqué M. Scholz. Un milliard d'euros va par ailleurs être débloqué en faveur du personnel soignant et aide-soignant.

Le gouvernement sortant d'Angela Merkel a prolongé mercredi jusqu'en avril 2022 les aides accordées aux entreprises touchées par les fermetures ou baisses de revenus ainsi que le dispositif du chômage partiel.