This content is not available in your region

La police espagnole dans la rue pour préserver son "image"

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
La police espagnole dans la rue pour préserver son "image"
Tous droits réservés  أ ف ب

Plusieurs milliers de membres des forces de l'ordre espagnoles ont manifesté samedi, aux côtés de dirigeants des partis de droite, contre un projet de réforme d'une loi, surnommée "loi bâillon" par ses détracteurs, qui interdit depuis 2015 l'utilisation sans autorisation d'images des forces de l'ordre si elles peuvent les mettre en danger.

Les manifestants, brandissant des drapeaux espagnols et des banderoles syndicales, ont défilé vers le ministère de l'Intérieur à l'appel de Jusapol, une organisation regroupant les principales organisations syndicales de la police et de la Garde civile, Jupol et Jucil.

"Nous disons +non+ à la réforme", a déclaré aux journalistes le président de Jusapol, Miguel Angel Gomez. "Nous pensons que la loi doit être adaptée à la période actuelle et être réformée mais nous ne devons jamais piétiner les droits de ceux qui ont en charge la sécurité et travaillent chaque jour avec cette loi".

Le projet de réforme - sur lequel planchent les socialistes du Premier ministre Pedro Sanchez et leurs alliés de gauche radicale de Podemos - a notamment pour but de mettre le texte en conformité avec la décision du Tribunal constitutionnel qui a jugé l'an dernier "inconstitutionnel" le fait de devoir demander une autorisation pour utiliser des images des forces de l’ordre car cela s'apparente à de la "censure préalable".

Cette loi avait été adoptée en 2015 sous le gouvernement de droite de Mariano Rajoy en pleine vague de manifestations anti-austérité. L'actuel gouvernement de gauche avait promis de la réformer.

Jugée liberticide par une partie de la société, cette loi de "protection de la sécurité citoyenne" interdit notamment "l'utilisation non autorisée" d'images des forces de l'ordre "qui peuvent mettre en danger la sécurité personnelle ou professionnelle des agents, d'installations protégées ou le succès d'une opération, dans le respect du droit fondamental à l'information".

Cette loi a des similitudes avec la loi française controversée sur la sécurité globale dont l'article polémique punissant la "provocation à l'identification" des forces de l'ordre a été censuré en mai par le Conseil constitutionnel.