This content is not available in your region

France : les troubles se poursuivent dans les Antilles

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec Afp
euronews_icons_loading
Membres des brigades anti-criminalité de la police française déployés dans un quartier de Lamentin, en Martinique, le 2 décembre 2021
Membres des brigades anti-criminalité de la police française déployés dans un quartier de Lamentin, en Martinique, le 2 décembre 2021   -   Tous droits réservés  ALAIN JOCARD / AFP

Dans les Antilles françaises, la situation est toujours tendue, avec des barrages toujours en place de nouveaux actes de violence. Sur la petite île de Saint-Martin, dans le nord de l'archipel, un gendarme a été blessé par balle aux jambes, alors que les forces de l'ordre tentaient d'évacuer une carcasse de voiture sur une route, selon un communiqué de la gendarmerie.

En Guadeloupe, "les troubles à l'ordre public" se poursuivent selon le préfet, Alexandre Rochatte, qui fait état de rassemblements destinés à barrer les axes de circulation, d’incendies et de pillages. Plusieurs individus armés auraient aussi été interpellés jeudi. En conséquence, le préfet a décidé "la prorogation du couvre-feu" entre 18 heures et 5 heures "jusqu’au 7 décembre", sur 21 communes, dont Pointe-à-Pitre.

En Martinique, le couvre-feu est aussi prolongé, mais jusqu'au 4 décembre.

La contestation sociale dans les Antilles française est née à la mi-novembre en Guadeloupe, après une grève des soignants opposés à la vaccination obligatoire. Mais le mouvement s'est ensuite élargis à des revendications sociales et économiques profondes, comme le problème de la vie chère et de la pauvreté. Selon l'Insee, un tiers des Martiniquais vit par exemple sous le seuil de pauvreté, alors que le coût de la vie y est 12 % plus chère en moyenne qu’en métropole.