This content is not available in your region

Allemagne : à la veille de son investiture, Olaf Scholz signe le "contrat de coalition"

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AP, AFP
euronews_icons_loading
Allemagne : à la veille de son investiture, Olaf Scholz signe le "contrat de coalition"
Tous droits réservés  Markus Schreiber/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Ce mercredi, le Bundestag va élire Olaf Scholz au poste de chancelier. A la veille de sa désignation officielle, le successeur d'Angela Merkel, le social-démocrate a signé le "contrat de coalition" avec ses partenaires, les Verts et les Libéraux.

Intitulé : "oser plus de progrès", ce document de 177 pages servira de feuille de route au gouvernement. Le nouveau chancelier affirme vouloir mettre en oeuvre une grande modernisation industrielle capable de stopper le changement climatique. Autre engagement fort : mener une politique très pro-européenne.

"Le fait est que nous nous appuyons sur les efforts que l'Allemagne a déployés ces dernières années pour créer une Union européenne forte et souveraine. Nous voulons souligner davantage cette évolution. L'avenir du monde sera façonné par un certain nombre de pays très influents. Et c'est pourquoi il est très important que l'Europe puisse agir de manière forte et souveraine dans ce monde futur", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse ce mardi.

Le chef des libéraux, Christian Lindner, occupera le poste de ministre des Finances. Il entend défendre une stricte orthodoxie budgétaire sans hausse des impôts. "Nous voulons respecter l'exigence constitutionnelle d'un budget structure llement de nouveauà l'équilibre à partir de 2023. D'autre part, nous voulons renoncer à augmenter la charge fiscale, et à augmenter les taux d'imposition. Dans le cadre de ces garde-fous, nous financerons les projets sur lesquels la coalition s'est mise d'accord dans le traité de coalition", a-t-il dit.

Issu d'une coalition inédite, le nouveau gouvernement de centre-gauche, s'inscrit néanmoins dans une certaine continuité avec la politique d'Angela Merkel. Son premier gros défi sera la gestion du regain de la pandémie de Covid-19, très virulente en Allemagne. Comme en Autriche, Olaf Scholf veut faire voter rapidement l'obligation vaccinale.