This content is not available in your region

Vladimir Poutine veut des négociations "immédiates" avec l'Occident

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
L'armée russe en exercice dans la région de Rostov-sur-le-Don, au sud de la Russie, le 14 décembre 2021
L'armée russe en exercice dans la région de Rostov-sur-le-Don, au sud de la Russie, le 14 décembre 2021   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

La Russie continue de déployer son armée à la frontière avec l'Ukraine, notamment dans le Donbass. Selon des documents américains rendus publics en fin de semaine dernière, près de 175 000 soldats seraient en cours de déploiement côté russe.

Sur des images fournies par le ministère russe la Défense on peut voir des soldats effectuant des exercices sur le terrain d'entraînement militaire de Kadamovskiy, près de Rostov-sur-le-Don, à moins de 50 kilomètres de la frontière ukrainienne.

Sept ans après l'annexion de la Crimée, la Russie serait prête pour une éventuelle "escalade" militaire fin janvier, assure le ministre ukrainien de la Défense Oleksii Reznikov, qui met également en garde l'Union européenne : "L'accumulation de troupes militaires russes le long de la frontière de l'Ukraine est la preuve qu'il existe une menace non seulement pour l'Ukraine, mais aussi pour l'ensemble de la communauté européenne", a-t-il déclaré.

Exclure l'élargissement de l'OTAN à l'Est

La Russie dément toujours tout projet d'invasion de l'Ukraine. Le président Vladimir Poutine a toutefois exigé une nouvelle fois ce mardi des négociations avec l'Otan et les Etats Unis. "Vladimir Poutine a souligné la nécessité du lancement immédiat de négociations avec les Etats-Unis et l'Otan en vue de définir les garanties juridiques pour la sécurité de notre pays", a écrit le Kremlin dans un communiqué après un échange avec le chef de l'Etat finlandais Sauli Niinistö, dont le pays est un intermédiaire traditionnel entre la Russie et ses rivaux occidentaux.

Pour Vladimir Poutine, de tels pourparlers doivent permettre d'"exclure l'élargissement futur de l'Alliance à l'Est et le déploiement de systèmes d'armement menaçant la Russie en Ukraine et dans d'autres Etats voisins".

De leur côté, Washington et l'UE ont prévenu Moscou qu'en cas d'incursion armée en Ukraine, la Russie ferait face à des sanctions économiques sans précédent, même si les mesures de représailles de ce type n'ont jusqu'ici et depuis 2014 pas eu d'effets sur la politique russe.