This content is not available in your region

Côte d'Ivoire : fin d'une grève de dockers qui a paralysé le port d'Abidjan

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Archives : le port d'Abidjan, le 8 mai 2020
Archives : le port d'Abidjan, le 8 mai 2020   -   Tous droits réservés  ISSOUF SANOGO/AFP

Une grève des dockers a paralysé vendredi le port d'Abidjan, maillon essentiel de l'économie ivoirienne, les ouvriers réclamant l'application d'un décret de 2019 améliorant leurs conditions de travail, avant de suspendre le mouvement dans la soirée.

"La Fédération nationale des dockers de Côte d'Ivoire (Fenad-CI) suspend la grève et demande par conséquent à tous les dockers (...) de reprendre le travail, dès cet instant", a indiqué dans un communiqué cette confédération syndicale qui avait lancé le mouvement dans la nuit de jeudi à vendredi.

Les dockers, qui ont paralysé les deux ports du pays, Abidjan et San Pedro (sud-ouest), réclamaient l'application d'un décret de janvier 2019 devant améliorer leurs conditions de travail, avait expliqué à l'AFP plus tôt dans la journée, Jonas Yapi, le président de la "cellule communication" de cette profession.

Moins de 38 euros par mois

À l'issue d'une rencontre avec la direction générale du port, le ministère des Transports et l'inspection du Travail, ils estiment avoir obtenu "des avancées réelles sur l'ensemble" de leurs revendications, selon le communiqué de la Fenad-CI.

À l'heure actuelle, certains dockers ont affirmé dans la presse ivoirienne gagner moins de 25.000 francs CFA par mois (38 euros).

Le port d'Abidjan, un des principaux d'Afrique de l'ouest, est le poumon économique de la Côte d'Ivoire, assurant 90% de ses échanges extérieurs.

C'est aussi la porte d'entrée pour l'approvisionnent des pays de la région dépourvus de façades maritimes, Mali, Niger et Burkina Faso.

La Côte d'Ivoire exporte notamment des produits agricoles, cacao en tête, mais aussi banane, hévéa, coton, mangue, papaye, coprah, noix de cajou.

Quelque 600 000 conteneurs sont traités chaque année au port d'Abidjan qui connaît depuis 2012 une croissance moyenne de 12% par an, portée par les produits agricoles ainsi que les grands travaux d'infrastructures réalisés en Côte d'Ivoire.

Le terminal à conteneurs est exploité par Bolloré Ports. Un deuxième est en construction, propriété du consortium Bolloré Ports et APM Terminal, une filiale du groupe Maersk.