PUBLICITÉ

Liz Truss désignée nouvelle négociatrice britannique des dossiers post-Brexit

La ministre des affaires étrangères britannique, Liz Truss, a été choisie, dimanche 19 décembre, pour reprendre le dossier post-Brexit.
La ministre des affaires étrangères britannique, Liz Truss, a été choisie, dimanche 19 décembre, pour reprendre le dossier post-Brexit. Tous droits réservés Alberto Pezzali/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Alberto Pezzali/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Camille PauvarelEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après la démission du Secrétaire d'Etat chargé du Brexit David Frost jeudi 18 décembre, Boris Johnson a choisi la ministre des affaires étrangères pour gérer ces dossiers.

PUBLICITÉ

Le nouveau visage britannique du Brexit est Liz Truss. La ministre des affaires étrangères mènera les négociations post-Brexit avec l'Union européenne. Elle devra se confronter notamment au dossier brûlant concernant les dispositions douanières en Irlande du Nord. 

Démission d'un allié de Boris Johnson

La nomination de Liz Truss fait suite à la démission du Secrétaire d'Etat chargé du Brexit la semaine dernière. David Frost a quitté le gouvernement expliquant être en désaccord avec la politique du gouvernement. Dans une lettre adressée au Premier ministre Boris Johnson, M. Frost évoque la hausse des impôts, les idées adoptées pour parvenir à la neutralité carbone d’ici à 2050 et les nouvelles restrictions face au Covid-19.

La Royaume-Uni fait pourtant face à une explosion des infections. Dimanche 19 décembre, 80 000 nouveaux cas ont été recensés dans le pays, les autorités indiquent que beaucoup sont liés au variant Omicron.

Boris Johnson fragilisé

Boris Johnson traverse une période difficile, cerné par les scandales, attaqué au sein de son propre camp, il a même aussi essuyé une perte électorale dans un bastion pourtant traditionnellement conservateur, le North Shropshire.

La situation du Premier ministre pourrait encore s'empirer s’il est contraint de durcir les mesures sanitaires dans les jours qui viennent alors qu'au sein de sa majorité de nombreux députés jugent ces mesures liberticides.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE attend Liz Truss à la tête du Royaume-Uni

Face à Omicron, le service de santé britannique est à genoux, selon Boris Johnson

Fête de Noël à Downing Street : Boris Johnson sous le feu des critiques