This content is not available in your region

L'Italie va rendre à la Grèce un fragment de la frise du Parthénon

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Fragment de la frise du Parthénon d'Athènes, exposé dans le musée archéologique Salinas en Sicile (Italie), le 05/01/2022
Fragment de la frise du Parthénon d'Athènes, exposé dans le musée archéologique Salinas en Sicile (Italie), le 05/01/2022   -   Tous droits réservés  AP/AP

Un fragment du Parthénon d'Athènes va être restitué à la Grèce.
Il se trouve actuellement dans un musée archéologique en Sicile (Italie).

Une pièce en marbre, représentant le pied d'une déesse grecque, actuellement exposée au musée archéologique régional de Palerme en Italie. Et elle va bientôt retourner en Grèce, conformément à un accord qui vient d'être conclu.

Un accord entre les responsables de ce musée sicilien et ceux du musée du Parthénon à Athènes. Car cette pièce de marbre se trouve être un fragment du célèbre Parthénon d'Athènes.

Elle va être, dans un premier temps, prêtée pour quatre ans. Mais il se peut que cela se transforme en restitution définitive.

"C'est un événement important pour nous, explique Caterina Greco, directrice du musée archéologique A. Salinas. Cela va permettre de relier davantage deux musées anciens et prestigieux de la Méditerranée : le musée Salinas, qui est le plus ancien de Sicile, et le musée de l'Acropole d'Athènes, qu'on ne présente plus : c'est l'un des plus célèbres au monde."

Cette pièce en marbre fait partie de la célèbre frise du Parthénon, temple construit au Vème siècle avant Jésus-Christ, pour honorer les divinités grecques.

Ce fragment est arrivé à Palerme au XIXème siècle, par l'intermédiaire d'un consul anglais en poste en Sicile.

Pour les autorités italiennes, il est normal de rendre ces fragments à leur propriétaire d'origine, comme le réclament d'ailleurs les dirigeants grecs.

De très nombreux fragments de la frise du Parthénon se trouvent au British Museum de Londres.

Mais les responsables de ce musée britannique traînent des pieds depuis des décennies, refusant d'accéder aux demandes récurrentes du musée du Parthénon.