This content is not available in your region

Etats-Unis : Donald Trump de retour

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Etats-Unis : Donald Trump de retour
Tous droits réservés  Amr Nabil/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Donald Trump, de nouveau en campagne. L'ancien président des Etats-Unis a tenu en Arizona son premier rassemblement de l'année ce samedi 15 janvier. Devant des milliers de ses partisans, il a commencé le meeting avec son leitmotiv : contester sa défaite à la présidentielle de 2020. Il a ensuite parlé d'avenir avec les élections de mi-mandat décisives au Congrès : "C_ette année, nous allons reconquérir la Chambre. Nous allons reconquérir le sénat. Et nous allons reconquérir l'Amérique, c'est le plus important. Et en 2024, nous allons reconquérir la Maison Blanche". _

L'issue de ces élections pourrait dévaster Joe Biden, en augurant la victoire d'un républicain, peut-être Donald Trump lui-même... Ce dernier n'a pas manqué de dénoncer l'incompétence du président actuel, confronté cette semaine à une série de revers politiques, notamment sur sa vaste réforme électorale. 

"De l'élection volée à l'injustice des médias"

Avant lui, des orateurs avaient déjà chauffé la foule, en désignant Joe Biden comme quelqu'un de "faible" et "dérangé", et en ciblant les "médias boiteux", sifflés par les partisans de l'ex-président républicain.

La plupart des marqueurs du trumpisme ont été utilisés, de l'élection volée à l'injustice des médias, en passant par l'ouverture des frontières et le fait que les Etats-Unis soient devenus "la risée du monde entier".

Un public conquis

Après avoir invoqué notamment une prétendue malveillance des médias pour expliquer l'annulation d'une conférence de presse qu'il voulait organiser le 6 janvier, lors du premier anniversaire de l'assaut meurtrier de ses partisans sur le Capitole américain, Donald Trump a donc fait cette fois face à un public conquis.

Donald Trump conserve une grande influence sur le parti républicain, dont beaucoup d'élus désirant conserver leur siège aux prochains scrutins souhaitent bénéficier de son adoubement et adhèrent donc souvent aux théories du complot suggérant que la présidentielle a été volée - ou au moins ne les infirment pas ouvertement.

Ce rassemblement est le premier d'une campagne qui devrait en compter environ deux par mois jusqu'au scrutin de novembre, le prochain étant prévu au Texas à la fin du mois de janvier.