This content is not available in your region

Cerné par les révélations, Boris Johnson joue son va-tout

Access to the comments Discussion
Par Maxime Bayce  avec AFP
euronews_icons_loading
Boris Johnson à la Chambre des Communes (Londres), le janvier 2022
Boris Johnson à la Chambre des Communes (Londres), le janvier 2022   -   Tous droits réservés  JESSICA TAYLOR/AFP

Boris Johnson cerné par les révélations. Le premier ministre britannique est accusé d'avoir couvert sciemment la tenue de multiples fêtes a Downing street durant les confinements. Acculé, il devrait, selon la presse britannique, annoncer sous peu des mesures comme l'interdiction de l'alcool dans ses bureaux ainsi que le renvoi de plusieurs de ses collaborateurs. Une prise de conscience qui arrive trop tard pour certains membres de la majorité.

"Ces comportements indiquent pour moi qu'ils pensent pouvoir faire ce qu'ils veulent alors que le reste d'entre nous doit faire ce qu'on nous dit. Ce n'est pas acceptable, ni pour moi ni pour mes électeurs, et je ne pense pas que ce soit un comportement supportable pour quelqu'un qui dirige le pays. Cela rend sa position intenable", juge Andrew Bridgen, député tory.

Malgré ses excuses publiques, les sondages indiquent qu'une majorité de Britanniques veulent désormais son départ.

"Je pense que c'est absolument dégoûtant que quelqu'un qui est censé être un leader, dirige en ne respectant pas ses propres règles. Pour être honnête, c'est méprisable", estime un londonien.

Au moins six députés de son camp ont demandé son départ. Mais pour déclencher un vote de défiance, il faudrait qu'ils soient au moins 54 députés conservateurs.

En attendant, le "partygate" profite au parti travailliste qui compte désormais une avance de dix points dans les études d'opinion.