PUBLICITÉ

Nouvelle journée d'action des enseignants, faible mobilisation selon le gouvernement

Manifestation des enseignants à Paris jeudi 20 janvier 2022 : ils réclament la démission du ministre Jean-Michel Blanqueur
Manifestation des enseignants à Paris jeudi 20 janvier 2022 : ils réclament la démission du ministre Jean-Michel Blanqueur Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une grève peu suivie, mais des manifestants avec chapeaux de paille dans une allusion à Ibiza, lieu de vacances du ministre de l'Education nationale : les enseignants ont défilé jeudi en France, une nouvelle journée d'action pour protester contre la gestion de la crise sanitaire à l'école.

PUBLICITÉ

La valse des protocoles sanitaires à l'école une nouvelle fois dénoncée dans la rue.

Nouvelle journée d'action des enseignants en France. Dans leur collimateur : Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education en pleine tourmente après des vacances à Ibiza. Selon les autorités, le mouvement serait peu suivi, avec seulement 2% d'enseignants grévistes contre 38% jeudi dernier.

"Blanquer démission, protocole de guignol", "Blanquer nous +emmerde+", "Ibiza-gate" ou encore "Jean-Michel Guetta ne nous entend pas !" pouvait-on lire sur des pancartes dans la manifestation parisienne, partie de la Place de la Sorbonne à 14H00 en direction du ministère. D'autres rassemblements avaient lieu dans plusieurs villes en France.

Après une mobilisation très suivie le 13 janvier, les personnels de l'Education ont peu répondu à l'appel à la grève. Le ministère n'a comptabilisé que 1,15% des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) et 2,18% dans le second degré (collège et lycée).

Après la mobilisation du 13 janvier, les syndicats avaient été reçus par le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Education, qui avaient promis "cinq millions de masques FFP2" pour les enseignants et plus de remplaçants pour les professeurs absents.

Des annonces "pas suffisantes" pour les syndicats, qui ont appelé à "créer tous les postes nécessaires pour assurer les remplacements" et à "doter les écoles et établissements en matériel de protection en nombre suffisant, bien au-delà des volumes annoncés".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : minute de silence dans les collèges et lycées et hommage au professeur assassiné à Arras

Assassinat d'un professeur à Arras : la France en alerte attentat, 7 000 soldats mobilisés

La France passe en alerte "urgence attentat" après l'attaque au couteau dans un lycée d'Arras