Tensions entre la Russie et les Occidentaux : la position allemande

Le chancelier allemand Olaf Scholz lors d'une conférence de presse à Berlin le lundi 24 janvier 2022.
Le chancelier allemand Olaf Scholz lors d'une conférence de presse à Berlin le lundi 24 janvier 2022. Tous droits réservés Photo : Hannibal Hanschke (Copyright 2022 2022 The Associated Press. All rights reserved.)
Tous droits réservés Photo : Hannibal Hanschke (Copyright 2022 2022 The Associated Press. All rights reserved.)
Par Jona Källgren avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que d'autres pays livrent des armes à l'Ukraine et déploient des troupes en Europe orientale, l'Allemagne essaie de jouer à la fois le rôle d'alliée de l'Otan et de pont avec Moscou.

PUBLICITÉ

L'un des mémoriaux situés dans la capitale allemande rend hommage aux 80 000 soldats soviétiques qui ont perdu la vie dans la bataille de Berlin à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Ce monument symbolise aussi les relations de la Russie qui a mis fin au nazisme avec l'Allemagne d'après-guerre. L'histoire qui lie les deux pays explique en partie la position actuelle de Berlin vis-à-vis de Moscou.

"Dans la société allemande, il y a des racines très profondes pour apaiser et essayer de trouver des excuses à la Russie, explique Sergej Sumlenny, expert sur l'Europe de l'Est. Mais aussi pour ignorer les nations que les Allemands appellent les nations mineures, c'est-à-dire celles situées entre l'Allemagne et la Russie."

Face aux tensions actuelles entre Russes et Occidentaux sur fond de crise ukrainienne, l'Allemagne refuse notamment d'armer l'Ukraine et d'envoyer des soldats en Europe de l'Est.

"Moscou aime les désaccords au sein de l'Otan. Tout signe de méfiance entre ses membres est quelque chose de très positif."
Sergej Sumlenny
Expert sur l'Europe de l'Est

Berlin qui partage des liens économiques puissants avec la Russie a également montré son hostilité quant à l'idée d'exclure Moscou du système d'échanges bancaires internationaux SWIFT fondé en 1973 et au sein duquel se trouvent 300 banques et institution russes.

Selon les différents cas de figure, les entreprises faisant affaire avec la Russie s'en verraient fortement affectées. 

"Moscou aime les désaccords au sein de l'Otan. Tout signe de méfiance entre ses membres est quelque chose de très positif", souligne Sergej Sumlenny.

Certains observateurs s'attendaient à ce que le nouveau gouvernement allemand (dont font partie les Verts), adopte une ligne plus dure vis-à-vis de la Russie. Pour le Conseil allemand des relations étrangères, le gouvernement semble ne pas être d'accord en interne sur la position à adopter.

Alors que d'autres pays livrent des armes à l'Ukraine et déploient des troupes en Europe orientale, l'Allemagne essaie de jouer à la fois le rôle d'alliée de l'Otan et de pont avec Moscou.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espionnage pour le compte de la Chine: arrestations en Allemagne et Royaume Uni

Cologne : évacuation d'urgence après la découverte d'une bombe de 500 kg

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck