This content is not available in your region

Des volontaires ukrainiens se forment pour réagir en cas d'incursion russe

Access to the comments Discussion
Par Anelise Borges
euronews_icons_loading
Des habitants s'entraînent près de Kiev, en Ukraine, dimanche 30 janvier 2022.
Des habitants s'entraînent près de Kiev, en Ukraine, dimanche 30 janvier 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Efrem Lukatsky (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)

Dans la banlieue de Kiev, la capitale ukrainienne, des volontaires se forment pour pouvoir réagir en cas d'incursion russe dans leur pays.

"Je me prépare à défendre mon pays contre une agression russe car la guerre sera déclenchée tôt ou tard", explique Mikhailo R. qui est avocat de métier. D'autres, comme lui, sont chercheurs ou encore architectes.

Aucun de ceux qui s'entraînent n'a d'expérience militaire. Mais depuis que la Russie a massé plus de 100 000 soldats près de la frontière ukrainienne, ces volontaires se retrouvent au cœur d'une crise qui pourrait remodeler leur pays et avoir des répercussions sur le continent tout entier.

"Je me prépare à défendre mon pays contre une agression russe car la guerre sera déclenchée tôt ou tard"
Mikhailo R.
Avocat de métier et volontaire

"Il y a une certaine tension, souligne Ivan Golod, volontaire. Ce n'est pas seulement quelque chose que je ressens, c'est dans la société. Ce n'est pas uniquement à cause des Russes positionnés de l'autre côté de la frontière ou dans les territoires occupés mais c'est aussi à cause des cyberattaques à l'intérieur de l'Ukraine. Il y a aussi le risque d'attaques dans les écoles et le métro. Tout ça dure depuis huit ans."

"L'année dernière, la situation est devenue plus tendue. Je suis calme simplement parce que je sais ce que je ferai au cas où la Russie décidait de faire une incursion à grande échelle", poursuit-il.

Le ministère ukrainien de la Défense estime que ces personnes sont un élément crucial de sa stratégie. Il prévoit d'armer les 130 000 civils qui font partie de ces unités de défense.

"Je pense que la plupart des gens en capacité de tenir une arme à feu en ce moment devraient se préparer afin de subir le moins de pertes et d'être plus efficace", recommande Denis Semirog-Orlyk. Architecte de formation, c'est lui qui a créé cette unité sur les réseaux sociaux il y a deux ans. 

Selon Denis Semirog-Orlyk, au cours des six derniers mois, le nombre de participants à ces formations a quadruplé.

L'Ukraine mise aujourd'hui sur le soutien des ses alliés occidentaux pour faire pression sur Moscou et pour que la Russie n'envahisse pas son territoire.

Beaucoup parmi ces volontaires espèrent que la diplomatie prévaudra mais ils veulent néanmoins être capables de se battre en cas de provocation.