PUBLICITÉ

Le président ukrainien mise encore sur "un règlement politique et diplomatique" de la crise

A Kiev, des habitants se sont réunis pour rendre hommage aux soldats morts face à l'armée russe en 1918.
A Kiev, des habitants se sont réunis pour rendre hommage aux soldats morts face à l'armée russe en 1918. Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Camille PauvarelEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Même si leur gouvernement se veut rassurant, les ukrainiens se préparent au pire. Les négociations entre russes et occidentaux sont dans l'impasse et Moscou continue de masser ses forces à la frontière.

PUBLICITÉ

Ils sont loin de la table des tractations entre les grands de ce monde mais c'est bien leur avenir qui est en jeu. Ce dimanche 29 janvier, les habitants de Kiev rendent hommage aux soldats tombés en 1918 en cherchant à retarder l'avancée de l'Armée rouge. Le drapeau ukrainien s'agite dans les rangs de ce groupe qui a sans doute à l'esprit le risque d'une nouvelle invasion russe.

En 2014,Oleksiy Ryabchyn, aujourd'hui conseiller du vice-premier ministre a organisé une manifestation dans la région de Donetsk en faveur de l'unité du pays. A cause de l'ampleur des combats entre les séparatistes pro-russes et les forces de Kiev, il a du fuir vers la capitale avec sa famille. "Même dans mes pires cauchemars, je n'aurais jamais imaginé qu'au cours de ma vie une chose pareille se passerait" explique Oleksiy Ryabchyn.

Alors que 100 000 soldats seraient déjà déployés près de l'Ukraine, Vladimir Poutine mobilise son armée de Sibérie et d'Extrême-Orient pour des exercices avec son allié, Alexandre Loukachenko. Seuls 75 kilomètres séparent la capitale ukrainienne de la frontière avec le Belarus.

Ce déploiement renforce encore la présence militaire russe près de l'Ukraine, alors que les Occidentaux craignent une invasion planifiée. "L'Europe n'envisage pas de remodeler sa stratégie sécuritaire afin que l'Ukraine redevienne un allié de la Russie, commente Alexander Vindman. Selon ce lieutenant-colonel de l'armée américaine retraité, "_même si on donne au président russe une grande partie de ce qu'il veut par la voie diplomatique cela ne sera pas suffisant". _Les États-Unis pensent qu'une invasion de l'Ukraine pourrait commencer en février. Par mesure préventive, ils ont déjà placé 8 500 soldats en état d'alerte maximale.

Le pouvoir ukrainien vise toujours une solution diplomatique. Le président Volodymyr Zelensky a appelé ses alliés Occidentaux à faire preuve de "vigilance et fermeté" dans leurs négociations avec la Russie. Les ministres français et allemands des affaires étrangères devraient se rendre en Ukraine les 7 et 8 février. Ils iront notamment sur la ligne de front avec les séparatistes pro-russes dans l'Est du pays, selon Kiev.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sur le front : l'armée ukrainienne se tient prête à une éventuelle attaque russe

Russie-Ukraine : personne ne veut la guerre, tous s'y préparent

L'Estonie en alerte face aux attaques hybrides russes, accuse Moscou d'interférence avec le GPS